Simone Gbagbo : le procès bis !

Simone Gbagbo de nouveau face au juge

Simone Gbagbo de nouveau face au juge

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire va de nouveau se retrouver devant le juge ce 9 mai. Après une première condamnation aux assises, elle doit répondre de nouveaux chefs d’accusation.

20 ans. Voici la peine privative de liberté que Simone Gbagbo a écopée lors de sa première comparution devant la justice ivoirienne le 10 mars 2015. Aux côtés de plusieurs autres co-accusés, dont des barons du Front Populaire Ivoirien (FPI), elle était poursuivie pour plusieurs chefs d’accusation dont l’atteinte à la sûreté de l’Etat. Ce premier procès devant la cour d’assises résulte du refus de l’Etat de Côte d’Ivoire de transférer Simone Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI) bien qu’ayant déjà « livré » Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Les deux hommes politiques sont actuellement jugés à La Haye. (suite…)



Pourquoi pas du « vert » pour faire de la concurrence à la CIE ?

Les énergies renouvelables, une alternative pour démocratiser l’accès à l’électricité

Les énergies renouvelables, une alternative pour démocratiser l’accès à l’électricité

Après trois semaines d’intense grogne sociale marquée par des grèves et des mouvements de dénonciation de cyber-activistes sur les réseaux sociaux, le président Alassane Ouattara s’est adressé ce 1er mai aux ivoiriens avec une volonté de calmer ses concitoyens. D’importantes promesses ont été faites notamment dans le secteur de l’eau et de l’électricité, du renouvellement du permis de conduire et d’appui aux syndicats.

L’un des pans du discours du président Alassane Ouattara qui a sans doute retenu l’attention de nombreux ivoiriens est certainement la déclaration relative au monopole de la distribution de l’électricité par la CIE (Compagnie Ivoirienne d’Electricité). Un monopole qui a été perçu par moment comme le symbole du néo-colonialisme. Un filon exploité dans un passé récent par certains politiciens alors que la Côte d’Ivoire et la France, en apparence, ne semblaient pas filer le parfait amour ! (suite…)



Papa Wemba, dernière scène pour la légende congolaise

Papa Wemba n’est plus !

Papa Wemba meurt à la tâche !

C’est une légende de la musique africaine qui vient de s’éteindre. Le « roi de la rumba » congolaise, Papa Wemba, est décédé ce dimanche au petit matin à l’âge de 66 ans dans la capitale économique ivoirienne.

Jules Hungu Wembadio Pene Kikumba de son vrai nom était l’artiste le plus attendu de ce FEMUA 9 en raison de sa longue absence des scènes ivoiriennes. Papa Wemba avait promis une fête inoubliable aux ivoiriens et mélomanes venus du monde entier mais le king de Kinshasa n’a pas pu honorer cette dernière promesse. Et c’est face à ces fans qu’il a déposé d’une manière très brutale le micro. Wembadio était en pleine prestation autour de 5 heures temps universel quand il entame une quatrième chanson. Le public fredonne avec lui son répertoire connu de millier d’africains quand tout à coup la légende de la musique congolaise s’effondre de tout son poids. Aussitôt à terre que les sauveteurs accourent sur scène pour lui apporter assistance devant un public médusé. Papa Wemba est aussitôt évacué vers l’hôpital le plus proche mais il ne reviendra pas sur scène rassurer les fans resté à l’attendre…en vain ! Tristesse, amertume et désolation se lisent sur les visages et l’esprit festif du FEMUA s’est aussitôt envolé. Comment la fête pourrait se poursuivre sans cette icône de la musique africaine se demande les mélomanes. A cette question le groupe Magic System a décidé d’y répondre en mettant fin à la neuvième édition du festival.


SUY Kahofi



La Chine et la Côte d’Ivoire s’engagent à renforcer leur coopération

Le Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro et le président du sénat chinois Yu Zhengsheng

Le Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro et le président du sénat chinois Yu Zhengsheng

Au jour 2 de sa visite officielle en terre ivoirienne, Yu Zhengsheng, le Président du Comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC équivalent du sénat) a été reçu par l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. Une rencontre au cours de laquelle il a réaffirmé l’engagement de son pays à renforcer ses relations avec la Côte d’Ivoire.

La Chine et la Côte d’Ivoire sont deux pays qui ont depuis plusieurs années d’excellentes relations de coopération et d’amitié. Pour l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, il est important d’œuvre à la consolidation de ces relations. C’est bien ce qui justifie la séance de travail entre les parlementaires ivoiriens et le président du sénat chinois Yu Zhengsheng en visite officielle depuis ce 13 avril à Abidjan. (suite…)



L’APSFD-CI professionnalise la microfinance ivoirienne

Les premiers responsables de l’APSFD-CI lors de la conférence de presse du 14 avril

Les premiers responsables de l’APSFD-CI lors de la conférence de presse du 14 avril

Le secteur de la microfinance est en plein essor en Côte d’Ivoire et les chiffres le montrent. Cependant d’importants défis restent à relever selon les professionnels des systèmes financiers décentralisés.

L’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés de Côte d’Ivoire (APSFD-CI) a été créée en 1998. Depuis cette date, cette organisation portée par des acteurs de la microfinance ivoirienne s’est assignée une mission. Il s’agit de promouvoir un secteur de la microfinance professionnel, responsable et inclusif qui contribue à l’amélioration des conditions de vie des ménages de Côte d’Ivoire. (suite…)