Abidjan envahi par les « microbes » !

16 décembre 2013

Abidjan envahi par les « microbes » !

Qui sont ces enfants qui tuent à Abidjan ?
Qui sont ces enfants qui tuent à Abidjan ?

La capitale économique ivoirienne dans la tourmente d’un climat d’insécurité doit aujourd’hui faire face à une nouvelle forme de criminalité. Il s’agit du fléau des « microbes » que les services de sécurité tentent de mieux cerner et de combattre.

Le phénomène des « microbes » est né à Abobo au lendemain de la crise postélectorale et continue de gagner en importance. Les « microbes » se sont ces jeunes délinquants rompus à l’art de l’utilisation des armes blanches et des armes légères. Ils ont généralement entre 10 et 17 ans, se promènent par grappe entière et ont un mode opératoire basé sur la rapidité et la brutalité de leurs crimes. Ils encerclent leurs victimes souvent par des stratagèmes propres aux mendiants, font semblant de quémander une piécette ou de quoi manger puis au moment où on s’y attend le moins on se retrouve nez à nez avec une horde de bambins armés de machettes. Il est hélas trop tard pour réagir ! Tous ceux qui ont eu la malchance de se faire agresser par les microbes portent sur leur corps les stigmates de leur mésaventure s’ils sont encore vivants. Les moins chanceux sont morts sous les nombreux coups de machettes qu’ils ont reçus, car les microbes semblent en plus du vol apprécier particulièrement de voir le sang de leurs victimes couler.

Les gangs de « microbes » ont une solide assise dans le quartier d’Abobo, mais leurs mouvements vers les communes avoisinantes inquiètent de nombreux Abidjanais. A l’allure où vont les choses, c’est toute la capitale ivoirienne qui risque d’être contaminée par ces microbes ! Le CCDO, le Centre de coordination des décisions opérationnelles s’est déjà livré à des traques de microbes mais il faut aller plus loin pour découvrir qui sont les parrains de ces jeunes gens. Et surtout comment reçoivent-ils les armes blanches et les armes légères qu’ils utilisent lors de leurs opérations ? Pour la société civile ivoirienne qui a déjà produit des rapports sur ce nouveau fléau d’insécurité si rien n’est fait ces enfants qui tuent aujourd’hui sous le nom de « microbe » seront demain les virus qui perturberont encore plus la quiétude des Ivoiriens.

SUY Kahofi 

Partagez

Commentaires

nathyk
Répondre

C'est effroyable !

Elvis
Répondre

Les phénomènes de ce genre intéressent des gens qui savent le vrai danger du "crime" et de ce que c'est qu'un phénomène. Sinon comment comprendre la lacitude,le grand manque de communication et de sensibilisation autour de ce phénomène. Car jusqu'à là certains abidjannais ont connaissance du phénomène non pas par les mesures prises par les autorités mais plutôt par ces actes criminels reçurents. Autres choses qui semblent très important c'est que se sont des personnes pénalement irresponsables au vue de la tranche d'âge de laquelle ils sont. De ce fait, le phénomène doit être abordé sous toutes ces formes, avec pruduce et délicatesse car a y voir de prêt ces " nouveaux criminels" sont quelque part de "vieilles victimes".

akale
Répondre

si c'est abobo qui a été identifié comme leur base le ccdo et le ministre doivent faire leur impossible pour enrayer ce phénomène qui endeuille

Suy
Répondre

Bien dit ! Il faut attaquer le mal à la racine pour l'éradiquer...

coul. flo
Répondre

Xa fait tout simplement peur

Suy
Répondre

Un phénomène inquiétant...au moment où la BAD revient dans notre pays.