27 février 2013

Les enjeux du 42ème sommet de la CEDEAO

Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO à Yamoussoukro
Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO à Yamoussoukro

Yamoussoukro, la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire abrite depuis ce 27 février 2013 le sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO. Une rencontre qui s’annonce capitale, car devant décider de la conduite à tenir pour faire face à la menace terroriste et surtout au redéploiement de soldats dans le Nord Mali.

Les journées du 27 et 28 février seront décisives pour les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Ceux-ci devront étudier les stratégies à mettre en place sur le long terme pour que le continent ne soit plus miné par les groupes jihadistes dont la seule présence suffit à terroriser non seulement les populations, mais aussi les touristes et surtout les investisseurs qui redoutent d’être pris en otage. La présence des jihadistes du MUJAO, d’An çar dine et d’AQMI au Mali et de Boko Haram au Nigéria constituent un souci majeur pour les armées de la sous-région et du continent. Ils sont à eux seuls le symbole d’une insécurité transfrontière marquée par des enlèvements, le trafic d’arme, de cigarette et de drogue mais aussi d’êtres humains. Au sommet de Yamoussoukro, les chefs d’Etat et de gouvernement auront donc la tâche de décider de l’avenir de la sous-région mais aussi du continent, sur la base d’engagements fermes pouvant épargner la vie de millions de personnes. Le sommet de la CEDEAO en terre ivoirienne sera donc l’occasion pour les chefs d’Etat d’harmoniser leurs positions dans la lutte contre le fléau des islamistes. A ce propos, ils se pencheront principalement sur la crise au Mali, et feront le bilan des opérations militaires en cours dans ce pays dans le cadre de la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA). Au-delà de la déclaration commune qui doit sanctionner le sommet, il sera également question de réussir la mobilisation des fonds nécessaires pour achever la campagne militaire dans le sahel, une campagne soutenu par la France, les Etats Unis et plusieurs autres pays Européens. Cette approche financière dans les débats de Yamoussoukro est indispensable car la guerre contre le terrorisme a un coût. En prélude au sommet de la CEDEAO et en marge des travaux du conseil de paix et de médiation de l’organisation, le ministre d’Etat, ministre ivoirien des Affaires étrangères, Charles Koffi Diby a estimé les besoins de la crise malienne à 950 millions de dollars soit plus de 475 milliards de FCFA. Les questions liées au retour de l’ordre démocratique avec les élections prochaines au Mali et l’examen du processus parlementaire en Guinée-Bissau seront également à l’ordre du jour. Yamoussoukro sera le rendez-vous pour adopter la feuille de route pour la tenue d’élections libres et transparentes.

SUY Kahofi

Partagez

Commentaires