L’OOAS renforce les capacités du Réseau Des Champions

21 septembre 2012

L’OOAS renforce les capacités du Réseau Des Champions

Dr Jeannetta Johnson, le directeur général adjoint de l'OOAS, s'adressant aux participants de l'atelier

Dans la poursuite de sa mission d’aider les pays à mobiliser des ressources pour le financement des programmes de santé au sein de la sous-région CEDEAO, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a récemment assisté à Monrovia, au Libéria, à l’inauguration du réseau des champions du plaidoyer en faveur de la  santé dans le pays. Cette activité fait suite à la réunion de Février 2010 à Ouagadougou, où il a été recommandé aux pays de la sous-région CEDEAO d’intensifier des initiatives de plaidoyer ciblant les décideurs politiques pour faciliter la mise en œuvre effective des résolutions et accords financiers pour le bénéfice du secteur de la santé. Le Libéria a donc rejoint les rangs des pays comme le Mali, la Guinée Bissau et le Togo dans l’établissement de son propre réseau de plaidoyer pour la santé composé de membres des organisations de la société civile, le parlement et le ministère de la Santé.

Les 13 et 14 Septembre 2012, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) en partenariat avec le ministère libérien de la Santé et Affaires Sociales, ont d’organisé une formation de deux jours en matière de  plaidoyer stratégique pour les membres du réseau des champions dans la salle de conférence « Eugene Cooper » de l’YMCA situe dans le quartier de Crown Hill à Monrovia. La formation aux techniques du  plaidoyer comportait des présentations par les animateurs et le travail de groupe interactif. S’adressant aux participants le dernier jour de la formation, Directeur général adjoint de l’OOAS, le Dr Jeannetta Johnson a souligné l’importance de l’autonomisation des  membres du réseau de plaidoyer en faveur de la santé à travers l’acquisition des compétences appropriées prévues par l’atelier de formation. Elle a dit  » Le dynamisme de la société civile au Liberia reste un atout formidable pour sensibiliser le public aux questions de santé et d’assurer le soutien nécessaire pour l’augmentation des dépenses publiques en faveur du secteur de la santé« . Dr. Johnson a exhorté les participants à faire bon usage des compétences acquises lors de la formation, à faire une différence pour la santé des Libériens. «Votre performance en tant que défenseurs de la santé pourrait servir de modèle à reproduire dans d’autres pays ouest-africains» a-t-elle ajouté. Avec les dépenses publiques moyennes de santé des États membres de la CEDEAO estimé à $10 par personne par an et en dépit de l’appel lancé par les chefs d’États et de gouvernements à revoir à la hausse l’allocation budgétaire au secteur de la santé à 15 pour cent du budget national, la plupart des États n’ont pas encore atteint cet objectif.

En 2009, le Libéria a consacré environ 13,80 pour cent de ses dépenses générales au secteur de la santé. La difficulté rencontrée actuellement par une grande partie de la population ouest-africaine à accéder aux services de santé est indéniable c’est pourquoi les gouvernements devront augmenter d’une manière conséquente  le budget alloué au secteur de la santé.

Partagez

Commentaires