Les 300 millions de David Guetta pourraient changer beaucoup de choses

300 millions pour 30 minutes de mix

300 millions pour 30 minutes de mix

Pour souffler sa 20ème bougie, Orange, l’opérateur de téléphonie mobile qui compte certainement le plus grand nombre d’abonnés en Côte d’Ivoire a décidé de s’offrir le DJ français David Guetta. Coût du spectacle : 300 millions…dans un pays où ce montant aurait pu changer beaucoup de choses.

 » La vie change avec Orange  » ! Mais il est clair que pour ce 20ème anniversaire très peu de chose risque de changer réellement avec la tournure que prennent les évènements. Pour nous autres clients de l’entreprise de téléphonie mobile, cette célébration aurait dû être un moment où Orange se rapproche davantage des populations ivoiriennes en mettant en avant son caractère d’entreprise citoyenne. Loin de s’inscrire dans cette logique, les dirigeants s’inscrivent, une nouvelle fois, sous l’angle de l’amusement et de la distraction. Décidément dans ce pays, toutes les entreprises (ou presque) aiment bien dépenser dans des futilités au lieu d’investir sur des projets porteurs de changement.

Il est clair qu’une entreprise est libre de gérer ses bénéfices comme elle le veut. Mais le minimum de considération aurait bien voulu que l’on rende au client de temps à autre le fruit de sa fidélité. Car c’est aussi sur la base du caractère citoyen d’une entreprise qu’elle est choisi par le consommateur. En offrant un cachet de 300 millions à un DJ pour 30 minutes de mix dans un hôtel chic d’Abidjan, Orange semble oublier ce principe élémentaire. 300 millions… Fermez les yeux et imaginez-vous ce que ce montant change dans la vie de nombreux clients d’Orange et même dans la vie de nombreux ivoiriens.

Avec les 300 millions de Guetta, c’est un 20ème anniversaire d’Orange avec de nouvelles écoles pour des enfants qui marchent sur des dizaines de kilomètre pour apprendre à lire et à écrire. Avec les 300 millions de Guetta, la vie de nombreux malades dans les CHU d’Abidjan change. Avec les 300 millions de Guetta, c’est Orange qui aurait pu offrir 1000 césariennes aux femmes ivoiriennes démunies. Avec 300 millions, c’est au bas mot 30 hôpitaux qui auraient pu recevoir des dons de médicaments pour une dizaine de million chacun. 300 millions, c’est un nombre important d’ordinateurs qui auraient pu équiper des lycées et collèges contribuant ainsi à démocratiser les TIC. 300 millions, auraient pu servir à bâtir de nouvelles salles de cours et de TD pour nos étudiants épuisés par les longues attentes. A 20 ans, l’âge de la maturité passée, Orange aurait dû offrir mieux aux ivoiriens !

Il est clair que dans le dictionnaire de la Direction d’Orange et de son Conseil d’administration le mot pauvreté a été depuis longtemps effacé. Mais lorsque les administrateurs de cette compagnie circulent en boites métalliques dans Abidjan, ils ont le loisir de croiser des mendiants et des femmes, bébés accrochés dans le dos, qui leur tendent les doigts ridés pour des piécettes. Dans un pays en proie au chômage, aux prisons surpeuplées, au manque de financement pour les entrepreneurs, à la prostitution légalisée faute de moyen pour continuer des études… Une entreprise qui se respecte pense à faire du social avant de cultiver le bling-bling !  » La vie change avec Orange  » … La liberté de dénoncer change avec Les200.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.