Quand Ouattara promet des emplois pour attirer l’électorat jeune

Alassane Ouattara ou l'échec de la politique de l'emploi

Alassane Ouattara ou l’échec de la politique de l’emploi

A l’approche des élections d’octobre 2015, le Gouvernement Ouattara semble être dans une logique d’opération de charme en vue d’attirer l’électorat jeune. Au cœur de cette stratégie électoraliste le problème de l’emploi des jeunes.

Les derniers chiffres relatifs à la situation de l’emploi en Côte d’Ivoire font état d’un taux de chômage estimé à 5,3%. 430.419 personnes toujours sans emploi sur une population active (en âge de travailler) de plus de 11 millions (14.501.981) personnes. 5,3% de chômeurs en Côte d’Ivoire, un chiffre de l’AGEPE (Agence d’Etude et de Promotion de l’Emploi) que de nombreux spécialistes trouvent très peu crédible. En effet sur la population active présente en Côte d’Ivoire, plus de 7 millions sont des jeunes et environ 60% d’entre eux sont frappés de plein fouet par le chômage. Ils sont donc en réalité plus de 4 millions de sans-emplois dont la situation s’est encore empirée avec l’arrivée au pouvoir de ceux qui depuis la République du Golf ont promis monts et merveilles à la jeunesse. Le cap des millions d’emploi jeune promis ne s’est jamais réalisé. Rien que du vent et de gros discours autour de l’émergence pour endormir des jeunes qui ne demandaient rien d’autre qu’une opportunité.

5 ans de promesses non-tenues à la jeunesse, voici le bilan d’Alassane Ouattara qui soudainement se rappelle qu’il existe dans ce pays des jeunes ! Par le plus beau des miracles, 75 milliards sont désormais disponibles pour financer leurs activités génératrices de revenus et créer les conditions d’un premier emploi rémunéré. Où était donc cette enveloppe miraculeuse alors que le nombre de gérants de cabines téléphoniques s’accroissait ? En 5 ans, et c’est bien la réalité que refuse d’assume le régime Ouattara, le patronyme et l’appartenance politique ont été les seuls sésames pour décrocher un boulot. Il fallait dans un premier temps contenter la horde de rebelles qui ont débarqué sur Abidjan arme au poing en commettant crimes et exactions sur leur chemin. Des demi-dozo et autres illettrés ont été bombardés à la Douane, à la Police et dans les corps d’élite de l’armée sur des critères que seul Guillaume Soro et Alassane Ouattara connaissent. Le trop-plein de la troupe a été déversé dans l’administration avec la bénédiction d’un système désormais célèbre : le rattrapage ethnique. Ecartant une grande majorité de jeunes ivoiriens sur la base de leur région ou de leur présumé appartenance politique, Alassane Ouattara a d’abord servit son clan politique et ethnique avant de s’aventurer à travers des forums à vendre le rêve de l’emploi aux jeunes. Les résultats des concours de la fonction publique étaient connus d’avance car chaque jeune savait que son nom pouvait jouer en sa défaveur. L’argent mendié à l’étranger en avançant l’argument du chômage a servi à tout sauf à créer des emplois. Le nombre de chômeur parmi les jeunes loin de baisser a tout simplement augmenté ! C’est bien cet échec que le régime Ouattara camouffle à travers des forums et des séminaires à en point finir pour définir des plans stratégiques virtuels. Et cela ne s’arrête pas là. Sur le front de la manipulation des esprits un autre parvenu : Mamadou Touré conseiller spécial du président Alassane Ouattara en charge de la jeunesse et des sports. La tâche de l’homme consiste à rejeter sur le régime Gbagbo et la crise post-électorale 5 ans d’échec de la politique de l’emploi jeune dans ce pays. « Au moment où le Président Alassane Ouattara Ouattara accédait au pouvoir, il a hérité d’une situation difficile au niveau de l’emploi des jeunes. Depuis le coup d’état de 1999, toutes les initiatives en faveur des jeunes se sont arrêtées » se plait-il à indiquer à qui veut bien l’écouter.

Le problème c’est que ce type de réflexions portent en leurs seins leur propre contradiction. L’Etat étant une continuité, qu’est ce qui a pu empêcher l’ancien patron du FMI, brillantissime économiste et maître incontesté des stratégies de relance économique à trouver une solution durable au chômage des jeunes ? La réponse est RIEN ! Le seul problème d’Alassane Ouattara est cette envie de plaire à travers des fausses promesses. Mais la réalité du pouvoir c’est que le mensonge fini toujours par rattraper celui qui en est le prometteur. Alassane Ouattara a promis des millions d’emploi aux jeunes mais en 5 ans il n’a rien réalisé. Cette soudaine envie de se pencher sur la question de l’emploi jeune n’est qu’un calcul sadique pour s’approprier le vote des jeunes. Une opération qui risque d’échouer lamentablement car ceux qui ont aujourd’hui le droit de vote sont loin d’être des nouveau-nés qui s’abreuvent à la première coupe mensongère qu’on leur tend.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.