Côte d’Ivoire : Il parait que nous sommes 23 millions !

Difficile de croire en des chiffres crédibles dans ce genre de condition

Difficile de croire en des chiffres crédibles dans ce genre de condition

Les chiffres relatifs au 4ème Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2014) sont connus. Le gouvernement ivoirien « prétend » que la Côte d’Ivoire compte désormais 23 millions d’habitants, un chiffre difficile à accepter…pour ne pas dire assez mensonger.

Je ne sais pas combien d’ivoiriens se sont fait recenser mais moi je ne l’ai pas été parce qu’aucun agent recenseur n’est passé chez moi ! Idem pour de nombreux amis et même l’entièreté des habitants du célibatorium où je vis ! Pour un RGPH aussi bâclé et boycotté par de nombreux ivoiriens même dans les quartiers huppés, je me demande sur quelle base le chiffre de 23 millions a été arrêté ? Le Gouvernement ivoirien s’étant entêté pour conduire une opération face aux appels au report de l’opposition politique et du peuple se voit obligé d’avancer des chiffres.

Des chiffres qui sont dans leur ensemble le fruit d’une simple projection, d’une approximation et non d’une étude démographique crédible. Un simple tour sur internet nous permet de le comprendre. Depuis 2005, en pleine crise et malgré les déplacements de populations, les organismes internationaux et les agences de développement estimaient déjà la population de la Côte d’Ivoire à 22 millions d’habitants. De nombreux liens sur internet permettront aisément à chacun de s’en rendre compte. Je peux bien comprendre que les ivoiriens trop stressé par la crise aient refusé de faire des enfants, que leur pays devenu infréquentable comme leur ancien président ait fait fuir les aventuriers téméraires qui considèrent Abidjan comme leur Paris…Mais en 10 ans avec un taux de croissance de 2,6% selon le Gouvernement ivoirien (2,9% Banque Mondiale), il y a eu donc en tout et pour tout 1 million de personne en plus dans le pays (naissance et taux de migration d’environ 24% cumulé) ! Soyons sérieux, 23 millions d’habitants sans une seul virgule dont 17.172.297 d’Ivoiriens (75,8%) et 5.491.972 d’étrangers (24,2%).

Et si les résultats du RGPH n’étaient qu’un petit calcul en salle ?

Et si les résultats du RGPH n’étaient qu’un petit calcul en salle ?

Je ne sais pas combien ils sont ces ivoiriens qui apporteront un minimum de crédit aux résultats du dernier recensement de la population. Personnellement je ne crois en rien aux chiffres avancés par le porte-parole du Gouvernement. Reconnaitre que le dernier RGPH était un fiasco sur toute la ligne serait un désaveu pour un régime qui malgré les nombreuses interpellations a décidé de faire la sourde d’oreille. Finalement la bande à Ouattara aura puisé 10 millions d’euro dans les impôts du contribuable ivoirien pour justifier une mascarade de recensement général de la population. Face au refus des ivoiriens de se faire identifier, à la démotivation des agents recenseurs et à la mauvaise maîtrise des outils d’enrôlement, il a fallu cacher les tares d’une opération bâclée avec des chiffres que pourrait pondre un élève de 1ère années de l’ENSEA le stylo levé !

Triste….mais c’est ça l’émergence selon les nouveaux maîtres des lieux.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.