ALPC : l’UE soutient la CEDEAO

La prolifération des armes légères constitue un problème de sécurité

La prolifération des armes légères constitue un problème de sécurité

L’Union européenne (UE) vient d’octroyer une enveloppe de 5,56 millions d’euros à la CEDEAO pour aider à lutter contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ALPC) dans la région ouest-africaine.

Depuis plus de 30 ans les armes légères et de petits calibres alimentent les conflits en Afrique de l’Ouest. Libéria, Sierra-Léone, Côte d’Ivoire, Mali, Casamance (Sénégal), Nigéria…ces pays continuent de lutter contre des milliers d’ALPC qui occasionnent chaque année des morts et d’importants dégâts. Même après les conflits et crises, les armes légères prolongent les tensions inter-communautaires et la criminalité résiduelle.

Pour lutter contre ces armes capables d’être utilisées par un enfant, la CEDEAO encourage les programmes nationaux de lutte contre les ALPC à travers les COMNAT-ALPC (commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres). Ces Commissions ont pour mission la collecte des armes et la sensibilisation des populations avec le soutien des représentations pays du RASALAO, le réseau ouest africain d’action sur les armes légères et de petits calibres. Mais la lutte contre les ALPC demande un investissement important, du temps et un engagement des forces en présence pour obtenir des résultats. Les pays touchés par ce fléau en Afrique de l’ouest s’engagent sous la houlette de la CEDEAO qui a lancé le projet « Soutien de l’EU au mandat régional de la CEDEAO pour la paix, la sécurité et la stabilité » à Abuja (Nigéria).

D’une durée de trois (3) ans, le projet verra la mise en place d’un programme pilote de collecte d’armes dans deux groupes types de pays. Le premier groupe concerne le Niger, le Mali et le Nigeria. Les opérations dans ce premier groupe concernent les régions nord. Dans l’Union du Fleuve Mano trois pays seront ciblés. Les régions ouest de la Côte d’Ivoire, la Guinée forestière, l’est du Libéria et le nord-est de la Sierra Leone. L’appui de l’Union Européenne à ce projet s’élève à 5,56 millions d’euros. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) est le partenaire d’exécution de ce projet qui entend aussi combler les lacunes sur la connaissance des dangers liés à la prolifération de ces armes, cela par le biais de campagnes de plaidoyer et de sensibilisation; de renforcement des capacités des parties prenantes, de collecte et de destruction d’armes et de fourniture de services sociaux aux communautés frontalières.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.