Dur d’être un fumeur !

Des lois qui bafouent les droits des fumeurs

Des lois qui bafouent les droits des fumeurs

Une chronique de SUY Kahofi

Le législateur dans sa légendaire générosité à toujours pris des lois pour le bien-être de tous dit-on. Je dirais pour le bien-être d’une majorité au détriment d’une minorité. C’est le cas avec les fumeurs. Des lois ont été prises dans plusieurs pays du monde pour interdire la cigarette dans les lieux publics. No smoking ici et là avec une grosse cigarette barrée en guise d’avertissement. En Côte d’Ivoire l’interdiction de fumer la cigarette dans les lieux publics est aussi en vigueur.

Conformément à la convention-cadre de lutte antitabac (CCLAT), ratifiée par le pays le 28 janvier 2010, la Côte d’Ivoire a pris un décret portant interdiction de fumer dans les lieux publics et dans les transports en commun. L’interdiction de fumer dans les lieux publics est sanctionnée d’une amende de 15 000 à 100 000 F Cfa pour les fumeurs et de 50 000 à 250 000 F Cfa pour les personnes propriétaires des lieux publics et des transports en commun. Plus de cigarette dans les avions, dans les maquis et restaurants, bars et boîtes de nuit, dans les taxis, les bus, les arrêts de bus, les aéroports, les jardins publics, les tours administratives, les mairies,  la plage…la liste est encore longue ! Lorsque nous faisons le tour des lieux publics et des transports en commun, on finit bien par se demander qu’est-ce qui reste comme endroit aux fumeurs pour se mettre à l’aise ?

On nous écarte des autres, nous fumeurs, sous le fallacieux prétexte que notre fumée qui reste statique et active pendant deux heures occasionne et amplifie le phénomène de la fumé passive. Oui chers fumeurs, on nous protège des autres, mais qui nous protège nous ? C’était comme si la loi avait été prise pour brimer un groupe au détriment de l’autre. Les fumeurs, ces parias au mégot puant sont pourtant des citoyens comme les autres. Des citoyens qui méritent qu’on respecte aussi leurs droits et leurs libertés. C’est bien parce que nous fumons que des milliers d’hommes et de femmes perçoivent un salaire à la fin du mois. C’est bien parce que nous fumons que ceux mêmes qui nous traquent ont du travail. C’est bien parce que nous fumons que l’industrie du tabac contribue au développement économique de nos pays.

Une loi bancale

Nous payons nos impôts et même mieux que ceux qui prennent des lois pour nous étouffer. Pour chaque cigarette grillée, c’est l’économie qui tourne ! Alors pourquoi faire du zèle en adoptant des lois restrictives sans mesure d’accompagnement réelle ? Le tabac n’est pas illicite, il n’est pas frappé du sceau de l’interdiction comme la cocaïne ou l’héroïne. Alors pourquoi adopter des lois qui criminalisent à la limite le tabac ? A lire ces décrets et projets de loi, j’ai bien envie de dire de façon lapidaire au législateur de faire fermer les grandes firmes qui produisent le tabac. Si celles-ci ferment, il est clair que nous n’allons plus fumer !

Monsieur le législateur, votre loi est bancale ! Bancale en ce sens qu’elle ne prévoit rien, oui je dis bien rien pour garantir la liberté du fumeur et préserver ses droits. En nous interdisant les lieux publics vous aurez dû par respect pour les êtres humains que nous sommes, consommateurs que nous sommes, honnêtes citoyens payant nos impôts que nous sommes… prévoir des espaces fumeurs. Dans ce petit monde de liberté que vous aurez délimité pour nous, il est clair que jamais plus nous n’irons déranger les non-fumeurs avec nos cigarettes. Ce n’est hélas pas le cas. Et la frustration quotidienne est omniprésente. Des personnes qui se bouchent le nez quand elles passent juste à côté de nous, des mères de familles qui nous indexent avec mépris comme des pestiférés… Rendez-nous notre liberté cher législateur, car par votre faute il est aujourd’hui dur d’être fumeur…

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.