ONUCI : difficile de démontrer l’utilité de la mission

 

Les soldats de l’ONUCI à Abidjan

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire est probablement l’une des missions de l’ONU qui peine à prouver son utilité sur le terrain. Si au Congo la MINUSCO est allée jusqu’à faire usage de la force pour amener les protagonistes à garder leur calme, en Côte d’Ivoire le jeu favoris de Mr Young Ji Choi et Mr Amadoun Touré (le porte-parole de la mission) consiste à expliquer les textes qui régissent l’ONU à tout bout de champ, à tergiverser sur le mandat de la mission et à trouver toujours des parades quand il y a des massacres. Elle est tellement ‘’molle’’ dans sa manière d’agir que le ministre français des affaires étrangères, Alain Juppé et la porte-parole du Docteur Alassane Ouattara Anne Ouloto sont obligés de l’interpeller sur le rôle qu’elle doit jouer dans le pays. C’est avec beaucoup de regret que j’écoutais hier, encore une fois, Amadoun Touré le porte-parole de l’ONUCI dire que la mission sécurise les populations ! « Nous avons nos patrouilles, nous survolons Abidjan en hélicoptère… ». Si toutes ces méthodes portaient des fruits il y a bien longtemps que ceux qui expédient des obus sur les marchés avaient changé leur manière d’agir. Une patrouille face à des armes qui crépitent ? Voici une drôle de manière de protéger des populations ! Des hélicoptères dans le ciel d’Abidjan n’ont pas stoppé l’action des barbares qui ont tué sept femmes à Abobo !

La meilleure manière d’empêcher un char de tirer c’est de le détruire et c’est ce que la France, la Grande Bretagne et les USA font avec les troupes de Kadhafi. Alors si l’ONUCI ne peut pas appliquer le chapitre 7 de la charte du conseil de sécurité de l’ONU pour stopper le carnage, qu’elle passe la main au plan militaire à l’ECOMOG qui elle au moins n’y va pas par le dos de la cuillère pour étouffer les forces de nuisance. Les moyens dégagés par l’ONU et qui ne semblent pas suffire à son Opération pourraient servir à la CEDEAO. L’ONUCI est déjà présente avec 10.000 hommes, 5 hélicoptères dont trois armés, un nombre important de chars et si cet effectif ne sert pas sachez qu’avec un chiffre inférieur l’ECOMOG a repris Freetown en six heures ! Certains fonctionnaires de l’ONUCI qui se plaisent avec leurs gros salaires espèrent que la mission va encore s’éterniser dans ce pays. S’ils le pensent sans le dire, je trouve qu’il n’y a rien de plus machiavélique. Nous ne mourrons pas en Côte d’Ivoire pour que des salaires soient versés à des diplomates. Le Conseil de Sécurité a le choix entre attendre et faire le bilan macabre en Côte d’Ivoire ou changer la résolution pour mettre fin à la crise Ivoirienne. On n’a pas besoin d’un deuxième Rwanda ou d’une Serbie acte II pour l’inscrire dans le livre des records Guinness des crises mal jugulées par l’ONU.

RAPPEL DESORMAIS QUOTIDIEN


52 jours de détention arbitraire à la MACA pour nos amis et confrères Sanogo Aboubakar dit Abou Sanogo et Kangbé Yayoro Charles Lopez dit Gnahoré Charly de Télévision Notre Patrie (TVNP) accusés sans preuves d’atteinte à la sureté de l’Etat.

Au nom de la liberté de la presse nous ne les oublions pas et nous pensons également à tous les journalistes et hommes de médias exilés et ceux privés d’exercer librement !

Suy Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.