Tag : meurtres

Du « Baygon » contre les « microbes »

La Police Ivoirienne lance la traque aux microbes à Abidjan

La police ivoirienne lance la traque aux « microbes » à Abidjan

Comme les enfants soldats du Liberia ou de la Sierra Leone, les populations d’Abidjan découvrent le visage hideux de la criminalité juvénile précisément celle des mineurs. Il s’agit d’enfants de 9 à 17 ans rompus à l’art du maniement des armes blanches que l’on appelle sur les bords de la lagune Ebrié les « microbes ».

Les « microbes » sont devenus en l’espace d’un an un véritable problème de société, pire un fléau urbain avec des victimes qui se compte par dizaines. La violence de leur mode opératoire laisse encore effrayés tous ceux qui ont eu le malheur de les croiser. Et chacun d’entre eux a une histoire pathétique à raconter. C’est le cas de Yacou Sangaré résident du quartier Marley à Abobo. Ce père de famille est un miraculé ! (suite…)



Report du procès en cassation du Général Dogbo Blé

Le général pro-gbagbo aux mains des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire

Le général pro-gbagbo aux mains des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire

Le général Brunot Dogbo Blé sera-t-il jugé ? La question mérite d’être posée en ce sens que la suite du procès du général ivoirien (en cassation) est de nouveau reportée au 26 juin 2014.

Accusé de meurtre, Brunot Dogbo Blé, l’ancien patron de la Garde républicaine sous le régime de Laurent Gbagbo risque la réclusion à perpétuité s’il est reconnu coupable des accusations portées contre lui. Le général ivoirien, officier supérieur entièrement dévoué à l’ancien président ivoirien jusqu’à sa dernière minute de liberté est accusé, avec trois autres officiers, d’avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso, en mars 2011. Celui-ci avait été arrêté alors qu’il sortait du Golf Hôtel, à l’époque quartier général du président Alassane Ouattara, dont il était proche. Le procureur militaire Ange Kessi charge l’ancien général pour séquestrations suivies de meurtres, viols et vols. Le chef d’accusation de génocide a également été retenu contre lui par la justice civile. Bien au-delà, il est en particulier inculpé, avec deux autres officiers, de complicité dans l’assassinat du général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué le 19 septembre 2002, jour du coup d’État raté contre Gbagbo. Rappelons que le principal accusé dans ce dernier dossier judiciaire est le commandant Anselme Séka Yapo, dit « Séka Séka », l’ex-chef de la sécurité rapprochée de l’ancienne Première dame, Simone Gbagbo. Le général Brunot Dogbo Blé comme ses cinq co-accusés est défendu par un collège de 17 avocats. Pour les deux principaux crimes dont il est accusé l’ancien homme fort de la Garde républicaine nie avoir donné l’ordre de tuer qui que ce soit.

SUY Kahofi