Loterie Visas Diversité 2013 : tout pour éviter les arnaques !

 

Les journalistes face au personnel du consul

La Côte d’Ivoire est de nouveau éligible au programme Loterie Visa Diversité (DV) organisé chaque année par les Etats Unis d’Amérique. Il s’agit d’un programme qui permet aux ressortissants des pays éligibles d’avoir un visa de résidence permanent pour immigrer tout seul ou avec les membres de leurs famille. Pour cette année la période d’inscription s’étend de la période du 04 octobre 2011 au 05 novembre 2011. Ce programme de visa très connu à travers le monde donne lieu chaque année à des arnaques de toutes sortes organisées par des personnes se présentant comme des auxiliaires du consul. C’est pour éviter que des tiers n’utilisent le logo de l’ambassade ou d’autre méthode pour soutirer de l’argent aux candidats que l’Ambassade des USA à Abidjan a organisé ce 28 octobre 2011 une conférence de presse pour informer l’opinion nationale sur la voie unique à emprunter pour être à la fin du programme détenteur de la green card.

Madame Kristin Bongiovanni consul de l’Ambassade des USA à Abidjan a souligné d’entrée de jeu que pour cette année encore, « les inscriptions pour le programme DV doivent se faire électroniquement en remplissant le formulaire en ligne de Visa Diversité à partir du site www.dvlottery.state.gov ». Tout Ivoirien désireux de participer à la loterie doit satisfaire aux critères d’éducation ou d’expérience professionnelle du programme. Il doit avoir au minimum un diplôme d’études secondaires ou son équivalent c’est-à-dire l’accomplissement de 12 années d’études primaires et secondaires ou avoir acquis, au cours des cinq dernières années, deux ans d’expérience professionnelle dans une profession qui demande au moins deux années de formation ou d’expérience. La base de données o*net du Département Américain du Travail sera utilisée par le requérant pour déterminer la qualification basée sur l’expérience professionnelle. Sur le site www.dvlottery.state.gov le requérant doit également penser à remplir le dossier de candidature en tenant compte de son statut matrimonial. L’épouse ou l’époux ainsi que les enfants sont pris en compte au cas ou le requérant obtient sa green card. Dans le cas d’une famille, seul le mariage civil est pris en compte par les services consulaires. Aussi « il est important pour les candidats de conserver leur page de confirmation contenant leur numéro de confirmation unique jusqu’au 30 juin 2013 » a indiqué Madame Kristin Bongiovanni consul de l’Ambassade des USA à Abidjan.

Attention à ne pas se laisser prendre au jeu des faux e-mails expédiés par les arnaqueurs : le Département d’Etat n’envoie jamais d’e-mail pour réclamer le paiement des frais liés au programme. Dans cet ordre d’idée veuillez à ne pas vous retrouver à fournir des informations personnelles sur un faux site réservé au programme DV. Le seul site du programme est www.dvlottery.state.gov. L’Ambassade des USA à Abidjan précise qu’elle n’a jamais mandaté un tiers ou une quelconque entreprise pour servir d’intermédiaire dans la collecte et le traitement des informations des requérants au programme. A ce titre si vous êtes face à une personne qui estime travailler avec l’ambassade ou pour l’ambassade n’hésitez pas de contacter l’ambassade pour mieux vous informer.

Un fait souvent négligé ou oublié par les requérants : tous les frais d’immigration sont à votre charge ! La green card ne vous donne pas droit de facto à un billet d’avion, un travail tout prêt aux USA et un logement garanti pour vous et votre famille. Il faut être sûr d’avoir les moyens d’immigrer avant de demander le visa. Toute procédure en dehors du formulaire d’inscription sur le site www.dvlottery.state.gov ne sera pas pris en compte quelque soit la somme que le requérant aura versé à l’intermédiaire ou au prétendu fonctionnaire de l’ambassade.

SUY Kahofi

Une green card pour résider en toute légalité aux USA

 

Les USA s’ouvrent à vous en toute légalité !

Le Département d’Etat Américain a annoncé l’ouverture officielle de la période d’inscription à la Loterie Visa Diversité (DV) 2013 du 04 Octobre 2011 au 05 Novembre 2011. Le programme est ouvert aux ressortissants des pays éligibles pour la Loterie Visa Diversité (Dv), dont la Côte d’Ivoire. Pour être qualifié pour le Visa Diversité,  le candidat doit avoir l’un des éléments suivants: soit le diplôme du Baccalauréat ou un diplôme équivalent lui permettant de s’inscrire directement à l’université; soit deux ans d’expérience professionnelle acquise au cours des cinq dernières années dans une profession exigeant deux années ou plus de formation ou d’expérience. Cette année encore, les inscriptions doivent se faire électroniquement en remplissant le formulaire en ligne de Visa Diversité à partir du site www.dvlottery.state.gov . Les participants inscrits seront informés de leur sélection et de la suite de la procédure à partir du même site.

A compter du 1er Mai 2012, toute personne inscrite pourra vérifier son statut en utilisant le numéro de confirmation qui lui a été alloué à la fin du processus d’inscription. Il est donc recommandé aux candidats de conserver leur numéro de confirmation au moins jsuqu’au 30 Juin 2013 dans la mesure où l’Ambassade de Etats-Unis à Abidjan n’aura pas la liste des candidats sélectionnés. Les candidats qui seront sélectionnés à l’issue du tirage au sort ne recevront pas de notification de leur date d’entretien par courrier. Ils obtiendront toutes les informations relatives à la date, l’heure et le lieu de l’entretien de visa sur le site www.dvlottery.state.gov. Le système électronique d’enregistrement et de programmation de rendez-vous est mis en place par le Département d’Etat pour combattre la fraude qui constitue un problème depuis le début de ce programme, et protéger ainsi les intérêts des candidats légitimes à la Loterie Visas Diversité. La procédure de notification électronique permet au Département d’Etat de réserver l’accès à l’information uniquement aux candidats légitimes. En effet, un participant au programme qui conserve son numéro de confirmation contrôle la procédure de demande du début à la fin. Tout comme le mot de passe d’un compte email ou le numéro d’un compte bancaire, le numéro de confirmation qui doit être protégé. Par ailleurs, il est important pour le programme de la Loterie Visa Diversité 2013 que les participants soumettent leur inscription personnellement. Les candidats qui fourniront des informations inexactes, telles que l’omission des noms de tous les enfants ou des conjoints(es) connus au moment de l’inscription, seront disqualifiés.

Il est capital que les participants prennent eux-mêmes la responsabilité de cette opération. L’inscription au programme de la Loterie Visa Diversité 2013 est gratuite. Les participants qui seront sélectionnés devront s’acquitter, au moment de leur demande, des frais de procédure suivants: $305 comme frais de demande d’immigration, $400 comme frais de visa diversité et $74 comme supplément de sécurité d’immigration. Ces frais sont payés uniquement à la caisse de l’Ambassade ou du Consulat. Le Département d’Etat Américain et l’Ambassade des Etats-Unis à Abidjan se réjouissent de la perspective d’un nouveau programme fructueux de Loterie Visa Diversité. Vous trouverez des informations supplémentaires sur le site www.dvlottery.state.gov

La jeunesse ivoirienne se prononce sur l’immigration

 

Les candidats à l’immigration sont toujours plus nombreux

La France, les USA, le Canada, l’Allemagne, l’Espagne…voici des pays qui font rêver de nombreux jeunes africains et aussi de nombreux jeunes Ivoiriens. Chacun veut se rendre dans ces pays et revenir chaque vacance avec des billets de dollars ou d’euros en poche. Ce rêve est omniprésent dans le cœur des jeunes Ivoiriens dans la mesure où des amis du quartier ou de classe vivent déjà en occident et sont arrivés à construire au pays et monter des business assez rentables. Mais la réalité de l’immigration est aussi connue par les jeunes Ivoiriens : tout le monde n’arrive pas à fouler le sol de Ceuta ou de la Sicile. Alors jusqu’où les jeunes Ivoiriens sont prêts à aller pour immigrer ? Voici ce que certains d’entre eux pensent.

« Je veux certes étudier en Europe mais je préfère m’y rendre de façon légale. Un visa en règle et tous mes papiers en ma possession. La traversée par pirogue ou dans un train d’atterrissage ça ne me tente pas » déclare Kouamé Oscar étudiant en année de licence. Pour le jeune homme les diplômes obtenus outre mer ont plus de valeur de ceux obtenus en Côte d’Ivoire. Il soutient que l’immigration n’est pas mauvaise mais la question à se poser avant de se lancer est la suivante : qu’est ce que je vais chercher en occident ? En effet de nombreux jeunes gens qui rêvent d’une vie meilleure en France ou aux USA ont une idée à peine précise de ce pourquoi ils veulent immigrer. « Je veux aller ‘’me chercher’’ » affirme Serges Koué Bi avant de conclure « il n’y a plus d’opportunités dans ce pays ! La seule vie que nos dirigeants nous offrent c’est la violence, la guerre et la misère ». Quitter la Côte d’Ivoire sans diplômes, ni qualification aucune pour vivre quelle vie en occident ? Voici la réponse d’un jeune homme qui se dit candidat déclaré à l’immigration. « Je préfère laver les assiettes ou vider des poubelles dans un pays européen que rester ici » déclare Atta Bilé un autre jeune de yopougon, le quartier où nous menons notre petite enquête. Fuir la misère, les difficultés économiques et le manque d’emploi, voici la sempiternelle rhétorique des candidats à l’immigration. A force d’entendre ces plaintes le doyen Basile Blé de yopougon SICOGI pense que les jeunes Ivoiriens veulent immigrer pour une question de frime. « Tout ce que les enfants racontent est pur mensonge ! Ils veulent simplement immigrer pour faire le malin, dire que je vis aussi en Belgique ou en Suisse, revenir au quartier pour dépenser sans compter et rouler la mécanique pour afficher sa réussite. Voici pourquoi le jeune Ivoirien veut immigrer ». A la question de savoir si la crise n’est pas aussi à l’origine de ce désire de quitter la Côte d’Ivoire, la réaction de Mr Ouaraga se passe de commentaire. « Malgré la crise les jeunes des pays frontaliers continuent de venir ici en quantité. Ces derniers réussissent ici en vendant de l’attiéké ou des portables. Alors pourquoi nos jeunes ne réussissent pas dans leurs propres pays ? ». Les candidats à l’immigration bien qu’informés des dangers liés à leur voyage sans retour, ne semblent pas être inquiétés par ces dangers. « Qui ne risque rien n’a jamais rien ! » affirme avec assurance Issiaka un jeune mécanicien qui semble connaître par cœur les tracés de l’immigration clandestine en Afrique. Alors qu’est ce qui pousse les jeunes à avoir une assurance aussi ferme en une réussite par l’immigration ? Pélagie Douzou croit avoir la réponse. « Quand nos frères benguistes* reviennent de bengué*, ils préfèrent prêcher la belle vie et camoufler leurs difficultés. Jamais ils n’ont de problèmes, jamais ils n’ont été traqués par la police, jamais ils n’ont eu faim…Si ceux qui revenaient avaient le courage de dire la vérité sur la vie difficile qu’ils menaient, le nombre de candidats à l’immigration allaient considérablement baisser ».

Alors face à ce fléau, Koffi Hilaire un jeune vendeur de véhicule d’occasion lance un appel aux jeunes ivoiriens. « Il y a des opportunités en Afrique et dans notre pays. Personne ne viendra développer ce continent et ce pays à notre place. Alors j’invite mes frères à se lancer dans l’auto emploi et créer des PME. Il est préférable de gagner sa vie ici en toute liberté que de vivre la peur au ventre et gagner sa vie pratiquement comme un esclave en occident ! ».

Benguiste : immigrants vivant en occident (argot ivoirien)

Bengue : La France et par extension les pays occidentaux (argot ivoirien)

RAPPEL DESORMAIS QUOTIDIEN


Voici 23 Jours que nos amis et confrères Sanogo Aboubakar dit Abou Sanogo et Kangbé Yayoro Charles Lopez dit Gnahoré Charly de Télévision Notre Patrie (TVNP) sont arbitrairement détenus à la MACA.

Au nom de la liberté de la presse nous ne les oublions pas !

Suy Kahofi

L’étranger n’est pas un ennemi

La Côte d’Ivoire est-elle encore une terre d’hospitalité ?

« Les ennemis de l’Afrique se sont les africains ». Cette phrase extraite d’un des tubes à succès du pape du reggae africain, Alpha Blondy m’a toujours séduit dans la mesure où elle met le peuple africain devant ces responsabilités. L’africain aime bien accuser l’occident lorsqu’il a des problèmes : c’est toujours l’autre et jamais lui ! L’africain ne se remet jamais en cause : se sont les blancs qui ne veulent pas de son bien, la France lui apporte la guerre, les USA colportent les génocides, Dieu lui-même ne veut pas de son bien car nous avons la peau noire et nous sommes donc les descendants maudits de Noé. A force d’accuser l’occident, l’étranger ou le blanc, l’africain a fini par développer un pseudo panafricanisme qui a muté vers une xénophobie sans égale ! C’est malheureusement sur cette fibre ultra-nationaliste que nos chers dictateurs et dirigeants corrompus jouent pour endoctriner le peuple ! Même entre nous africain nous nous rejetons la pierre de nos échecs.

Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, l’échec né du second tour de l’élection présidentielle qui a débouché sur une crise post-électorale est imputé à l’étranger. La France, les USA, le Burkina Faso, le Mali…bref la CEDEAO, L’ONU, l’UA pour ne pas dire que le monde entier est ennemis du peuple Ivoirien. Avant d’accuser et de menacer les étrangers vivants en Côte d’Ivoire, j’aimerais que la jeunesse de mon pays comprenne que nous sommes à l’origine de nos problèmes. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu un malien, un burkinabé, un togolais ou un béninois aller aux urnes : se sont les Ivoiriens qui sont allés aux urnes et donc s’il y a un problème c’est d’abord eux. Alors pourquoi les ressortissants étrangers vivants en Côte d’Ivoire doivent-ils cueillir des propos xénophobes du simple fait que l’ECOMOG décide d’intervenir en Côte d’ivoire ? Pourquoi des ressortissants français sont intimidés quand ils circulent en voiture ? Les étrangers vivants en Côte d’Ivoire ne sont pas allés chercher l’ONU, se sont les Ivoiriens qui ont fait venir la mission. Avant de s’en prendre donc au pauvre vendeur de garba nigérien, au charretier burkinabé, au maçon togolais et aux boucher nigérian qui savent à peine ce que signifie CEDEAO, les Ivoiriens doivent comprendre qu’ils sont à la base de leur problème. Il faut commencer par cette étape avant de penser à trouver des voies pour une sortie de crise. De grâce chers Ivoiriens vous devez comprendre que la politique extérieur de Nicolas Sarkozy n’a rien en commun avec les français vivants en Côte d’Ivoire. La politique extérieur de Blaise Compaoré n’engage pas les burkinabés vivants en Côte d’Ivoire. « Après la crise chacun rentre chez lui » triste d’entendre ce genre de réflexion au moment où la Côte d’Ivoire dit prier pour la paix. La Bible et le Coran n’attestent-ils pas que l’étranger est une source de bénédiction ? Chacun chez lui : nous mettons les 17.000 français dehors et Sarkozy nous rapatrie les 50.000 Ivoiriens résidents en France sans compter le nombre incalculable de sans papiers ? De même qu’un Libanais est étranger en Côte d’Ivoire, un Ivoirien est aussi étranger en Afrique du Sud et même plus proche de nous au Burkina. Arrêtons de nous intoxiquer à la sève de la haine de l’étranger et pensons à résoudre nos problèmes.

Suy Kahofi