Génération Drogba : la malédiction d’une équipe sans trophée ?

Didier Drogba le capitaine malchanceux !

Didier Drogba le capitaine malchanceux !

Et si l’histoire footballistique de la Côte d’Ivoire était écrite d’une manière particulièrement étrange ? Une histoire écrite pour que jamais les grandes stars ne puissent poser leurs mains sur le trophée continental. Oui il faut bien se poser la question : que manque-t-il à Didier Drogba comme à Pokou Laurent pour remporter une coupe d’Afrique ? Ils sont tous les deux talentueux, un jeu exceptionnel, adulés par le peuple Ivoirien, chantés à travers le monde…mais ils échouent là où d’autres footballeurs moins talentueux réussissent. Comme hier l’homme d’Asmara a traversé le ciel du football Africain sans remporter une seule édition de la CAN, Didier Drogba le mythique capitaine des Eléphants risque de mettre un point final à sa carrière sans jamais accrocher une étoile à son maillot. Près d’une dizaine d’années que Didier et ses amis font vibrer les Ivoiriens avec ce goût d’inachevé à chaque édition de la CAN. Après leur qualification historique pour le mondial et une final âprement discuté face à l’Egypte, la génération Drogba n’a cessé de descendre dans les bas-fonds du classement à chaque phase finale de la CAN. Hier finaliste, aujourd’hui sortis en quart de final ! A chaque participation c’est un collectif de plus en plus méconnaissable qui foule les stades. Ces joueurs que l’on présente comme des seigneurs des clubs européens ne sont que l’ombre d’eux-mêmes sur les stades de la CAN. Des joueurs qui entrent en compétition de manière majestueuse et forte pour au final laisser tout un peuple dans la tristesse, l’amertume et la désolation.

Ces échecs répétés ont fini par faire naître des mythes les plus inimaginables. Oui Didier Drogba a aussi son côté légende urbaine. Pour certains, l’homme aurait fait « le pacte » de mettre fin à sa gloire et sa carrière le jour où il remporte la CAN. Et si pour le moment il ne l’a pas encore remporté, c’est certainement parce qu’il n’a pas encore envie de quitter les rectangles verts. « C’est son fétiche ! » estime ceux qui croient en cette légende. Plus grave, d’autres croyances populaires soutiennent que Didier Drogba aurait monnayé son succès européen et ses gros salaires contre un silence total sur le continent. « Il brillera chez les blancs mais jamais chez lui ! ». « Son pacte », dans cet imaginaire total serait donc à l’origine de cette véritable poisse qui suit l’équipe nationale de Côte d’Ivoire depuis une dizaine d’années. Première au classement des meilleures équipes africaines, un beau jeu et jamais de trophées ! Pourtant sur le chemin de Sénégal 1992 la Côte d’Ivoire était loin d’avoir une équipe aussi célèbre et aussi bien classée. Doit-on dans ce contexte penser à la retraite pour la génération Drogba ? Chacun aura son analyse sur la question !

SUY Kahofi

CAN 2012 : croyez-vous aux chances des éléphants footballeurs ?

 

Les éléphants partent favoris sur papier !

Pour certains analystes et professionnels du football africain la CAN 2012, organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Equatoriale est la CAN la plus abordable sur papier pour les Eléphants de Côte d’Ivoire. Rien qu’à voir les Nations qualifiées on se dit que la Côte d’Ivoire est déjà de retour sur les bords de la lagune Ebrié avec le trophée ! En effet la Côte d’Ivoire partage la même poule que le Soudan une ancienne gloire du foot africain aux premières heures de la CAN mais qui ‘’se cherche’’ aujourd’hui dans le classement FIFA. Le Burkina Faso est aussi présente avec ses nouvelles stars mais pour que peut faire un étalon devant le pachyderme ? Il y a aussi l’Angola qui est pour les Ivoiriens le pion le plus sérieux : attention aux Panthères Noires qui savent donner du fil à retordre aux grandes équipes du continent. Poule abordable mais attention ! Attention car pour certains Ivoiriens les éléphants de Côte d’Ivoire ont l’art de décevoir le peuple quand on s’attend à une belle prestation. CAN 2012 : croyez-vous aux chances des éléphants footballeurs ? Voici la réponse de quelques Ivoiriens.

N’dri Koffi : « Il faut éviter de prendre sa retraite sans un titre continental »

Voici une dizaine d’année que nous avons la même équipe nationale avec les mêmes problèmes, les même frustrations…certain qu’on élève comme des ‘’dieux’’ et d’autre qu’on rabaisse mais l’équipe est là et elle traverse le temps sans un seul trophée. Ce n’est pas les comptes en banque qui font en premier lieu la fierté d’un footballeur : c’est le palmarès de titre et de médaille qui fait qu’on reste dans l’histoire. A ce titre, j’interpelle nos frères pour qu’ils mouillent le maillot ! Il ne faut pas qu’ils quittent les stades africains sans le trophée de la CAN. Cela serait une grande tristesse pour le peuple mais pour eux-mêmes aussi !

Tra Bi Isidore : « S’ils n’ont pas ce trophée pour cette CAN, ils ne l’auront plus jamais »

Quand on regarde cette CAN 2012 on se demande s’il existe une seule équipe capable de freiner la lancée des éléphants de Côte d’Ivoire ? Le Cameroun, l’Egypte et le Nigeria qui pouvaient nous ‘’effrayer’’ ne sont pas présents. Voici pour je souligne avec force que si les éléphants n’ont pas ce trophée cette année 2012 ils ne l’auront plus jamais ! Ce n’est pas les sacres de Chelsea, de Barcelone ou d’Arsenal qui font la fierté des Ivoiriens : nous voulons des trophées de notre continent pour briller au panthéon de l’Afrique sportive.

Ben Issa : « Ne soyons pas fatalistes »

C’est vrai que les éléphants ont l’art de nous décevoir souvent mais nous n’allons pas brûler nos propres joueurs avant le début de la compétition ! Il faut encourager nos athlètes et souhaiter que le bon football des éléphants soit au rendez-vous lors de la CAN 2012. J’ai foi que cette équipe ira très loin dans cette compétition et qu’elle reviendra avec le trophée inch’allah ! Il faut prier et Dieu fera le reste.

Séka Camille : « Evitez d’aller vous faire humilier par une petite équipe »

Eléphants de Côte d’Ivoire on les connait : se sont des spécialistes de crise cardiaque ! Quand vous compter sur eux, ils vous font dormir à 19 heures. J’ai très peur car ils sont capables d’aller se faire humilier par une petite équipe tout droit venue des bas-fonds du classement FIFA. Il faut dès à présent que les nouveaux dirigeants du foot Ivoirien fassent tout pour que l’esprit malsain de mésentente qui règne dans cette équipe puisse disparaitre afin que l’unité puisse conduire ces jeunes qui ont du talent vers le sommet du football continental.

Sékou Sylla : « Nous attendons le trophée de la réconciliation »

Pour la CAN 2012 je crois aux chances des éléphants footballeurs et je croise les doigts pour que ce trophée revienne pour que la réconciliation soit totale. Il le faut parce que voici au moins une dizaine d’années que l’actualité dans ce pays est marquée par la politique et rien que la politique. Une fête nationale avec la coupe dans les rues d’Abidjan sera une grande et belle fête ! Allez les éléphants et surtout mouillez le maillot pour qu’après Sénégal 92’ nous puissions avoir un autre moment d’intense bonheur qui réunit tous les Ivoiriens.

SUY Kahofi

FIFA Ballon d’Or : Et si après Georges Weah l’Afrique remettait le couvert ?

A quand le retour du ballon d'or FIFA en Afrique?

Les joueurs de talent on les compte par dizaine sur le continent africain et personne ne me dira le contraire. De Samuel Et’o fils à Didier Drogba en passant par Assamoah et les autres l’Afrique semble être le premier fournisseur de tibias frais du football Européen ! Ces jeunes gens brillent sous les projecteurs des grands stades mais doivent revenir à chaque fois sur le continent pour recevoir leurs distinctions. Trophées Africains du meilleur joueur de l’année décernés par la CAF  et puis c’est tout ! Je ne dis pas que célébrer ces joueurs sur le continent est une mauvaise chose mais je crois qu’il est temps pour les joueurs africains d’honorer le continent comme Georges Weah l’a fait. « Il y a plus de fierté à ramener des trophées sur le continent qu’à recevoir des trophées du continent ». Qu’est ce qui cloche entre les joueurs africains et le Ballon d’Or FIFA ? Le jury est trop sévère envers l’Afrique ? Pas si sûr puisse que Georges Weah l’a déjà reçu. Pour les quelques analystes que j’ai pu écouter ou lire au fil des années, les performances en dent de scie des joueurs africains sont à l’origine de leur échec. « Difficile de trouver un joueur africain à même d’enchaîner deux bonnes saisons deux années de suite » s’inquiétait un journaliste sportif Ivoirien. Si le joueur brille en club, il est un fantôme sur le terrain en équipe nationale. Georges Weah ne fut ni le plus célèbre joueur africain de son temps, ni le meilleur joueur de sa génération pourtant sa vie peut inspirer ceux qui sont avides de gloire et de grandeur dans le foot. On reconnaîtra, en parcourant les lignes de sa carrière qu’il fut discret mais efficace sur l’aire de jeu, qu’il a brillé non pas par ses frasques en dehors du terrain mais par sa combativité ! Il a certainement à son actif moins de coup de poing et de coup de tête que nos stars d’aujourd’hui ! Et si au fond ce qui a fait la différence avec Georges Weah est ce qui manque aux joueurs africains aujourd’hui ? C’est vrai qu’un joueur vous dira qu’il joue pour son plaisir et le reste (l’argent et les distinctions) viennent après. Mais en toute sincérité un joueur c’est aussi un palmarès et la consécration planétaire par les trophées et distinctions qui glane. Si Samuel Et’o et Didier Drogba arrêtaient de jouer au foot ce matin le CV du premier sera plus garni que celui du second et chacun sait pourquoi ! Alors un Ballon d’Or a toute son importance dans une carrière et laisse également une marque dans toute l’histoire d’un pays et même d’un continent !

Suy Kahofi