Tag : fds

Guillaume Soro : La Voix(e) du Nord

 

Le miracle Soro pourra-t-il aller au-délà de la réalité de la crise post-électorale?

Elu l’homme de l’année en 1997 par le quotidien gouvernemental Ivoir’Soir, SORO Guillaume peut-être aujourd’hui considéré comme l’homme de la décennie en Côte d’Ivoire. Ses excellents états à la tête des Forces Nouvelles et surtout du gouvernement Ivoirien le place largement au-dessus de plusieurs leaders de son âge et même certains de générations antérieures. On ne sait par quel miracle l’ancien secrétaire général de la FESCI (Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire) est devenu un fin stratège politique au point de tenir tête au boulanger d’Abidjan qui était aussi son ‘’père spirituel’’. Il entre désormais dans le panthéon des figures politiques Ivoiriennes avec le titre de l’homme qui a mis fin à la plus grave crise que le pays ait connu depuis son indépendance. Aujourd’hui à la tête du gouvernement d’Alassane Ouattara, il ne pourra donc pas jouir d’une retraite anticipée comme il l’a toujours souhaité. Le grand nord ne verra pas de si tôt l’enfant de Kofiplé : la Côte d’Ivoire a encore besoin de celui qui se voyait déjà député à Diawala !

Soro Guillaume : Gbagbo Laurent light ?

Dans son parcours politique, Laurent Gbagbo aura eu deux ‘’enfants’’ : Soro Guillaume et Charles Blé Goudé. A voir ces deux ‘’enfants’’ diamétralement opposés dans leur manière d’être on arrive à se poser une question. Laurent Gbagbo est-il un mélange de Soro Guillaume, fin bureaucrate, chef militaire et de Charles Blé Goudé, bouillant leader de la rue arborant mal le costume d’homme d’Etat ? La réponse serait OUI avec la précision, ‘’chacun aura pris une facette du père’’. La brouille entre Laurent Gbagbo et Soro Guillaume ne date pas des évènements de 2002. Soro a décidé de voler de ses propres ailes depuis 1998, année où il quitte la FESCI après un second mandat. Laurent Gbagbo ayant une main mise totale sur la FESCI n’accepte pas les reformes démocratiques voulues par Soro pour accéder à la fonction de SG de la FESCI. A part une brève apparition aux côtés de Mme Dagri Diabaté à Port-Bouët on ne verra plus Soro sur le devant de la scène. Il se signale en 2002 à la tête de la branche politique de la rébellion et arrive à évincer le sergent-chef IB. Il fédère tous les mouvements rebelles du nord et de l’ouest sous la bannière des Forces Nouvelles. Son retour en politique fait de lui l’un des plus jeunes ministres d’Etat de la Côte d’Ivoire indépendante et le plus jeune Premier Ministre du pays. Là où les jeunes patriotes ont donné des céphalées à Seydou Diarra et Charles Konan Banny, Soro a trouvé la parade pour réussir et réussir même au-delà des attentes du peuple. On l’aime ou on ne l’aime pas, on reconnaitra son rôle décisif dans le retour de la démocratie en Côte d’Ivoire. Imaginez-vous un seul instant que Soro ait accepté de suivre Laurent Gbagbo avec ses hommes ? Certainement que le pays serait morcelé en petits royaumes où des chefs de guerre pro-gbagbo et prro-ouattara continuaient de se battre ! Sa voix(e) a fait basculer les élections en faveur de l’un des deux candidats.

Son plus grand chantier : la réunification de l’armée

‘’Le miracle Soro’’ est à salué certes mais à la lumière des dernières réalités de la crise Ivoirienne on est en droit de se demander si le plus difficile pour lui ne commence pas maintenant. Le chantier de la réunification de l’armée est une entreprise titanesque car entre les appels d’Alassane Ouattara au retour des ex-FDS et le comportement de certains FRCI il y a un paradoxe. J’en veux pour preuve les menaces de ce jeune élément des FRCI à Toumodi qui jugeant un passager par sa forme a conclu qu’il était gendarme ! Alertés, ses autres collègues ont réclamé la peau du ‘’gendarme de gbagbo’’ avant de se raviser. Ma carte de presse et celle d’un collègue de la presse nationale ont découragé ces jeunes gens ivres au pire même drogués ! « Comment avec ce genre d’attitude on peut parler de réunification de l’armée » avait souligné un passager. Dans une armée embryonnaire marquée par l’indiscipline et le manque d’hiérarchie réelle comment fédérer des hommes (FDS) formés aux métiers des armes et des combattants, la plus part illettrés et formés en brousse ? Comment contenter aussi ses nouveaux commandants de zone qui se voient tous en chef d’Etat major ? Ces ‘’petits’’ rois de la kalachnikov accepteront-ils de se mettre sous les ordres d’un ex-général des FDS ? L’armée n’étant pas un espace fait pour la reconnaissance politique, Soro pourra-t-il convaincre ses ‘’MDL’’ de déposer les armes et de retourner à leurs wôrô-wôrô et autres gbakas ? Voici de nombreuses questions auxquelles le Premier Ministre doit répondre.

Suy Kahofi



Côte d’Ivoire : La longue marche vers la sortie de crise (photovidéo)

[dailymotion xiizy3 500 360]

Avez-vous manqué un seul épisode de la crise Ivoirienne ? Ce webdocumentaire sur les quatre mois de crise post-électorale peut vous être utile.



FRCI/Commando Invisible : c’est déjà la guerre !

 

eburnietoday.mondoblog.org

Le ‘’Général’’ IB offre-t-il un appui aux miliciens qui combattent les FRCI ?

Les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire tentent de restaurer un climat sécuritaire acceptable dans la capitale ivoirienne. Pour une véritable relance des activités économiques et administratives, le premier défi pour le gouvernement du Président Alassane Ouattara est l’instauration d’un climat de paix et de tranquillité. Malheureusement les forces fidèles au Président Ivoirien doivent faire face au refus de quelques miliciens et mercenaires pro-gbagbo de déposer les armes. Le théâtre des opérations de la traque aux miliciens est le quartier de Yopougon où les FRCI entre soucis d’épargner des vies et obligation de sécuriser les civils ont du mal à prendre le dessus sur des éléments qui maitrisent chaque espace du quartier. Ces éléments pro-gbagbo sont essentiellement composés de mercenaires libériens, angolais et de miliciens qui continuent de croire que le seul argument qui mérite d’être défendu en cette période de réconciliation est la violence. Pendant que les FRCI luttent contre des milices un autre problème et non des moindre survient. Dans cette bataille qui se joue aussi bien sur le plan militaire que politique (négociation), les FRCI accusent clairement les éléments du Commando Invisible d’appuyer les miliciens de Yopougon.

Les hommes du ‘’général’’ Ibrahim Coulibaly dit IB contrôlent au-delà de leur bastion d’Abobo une partie de Yopougon. Même si IB refuse de dire quelle zone il contrôle à Yopougon, les techniques de combat des hommes qui s’opposent aux FRCI sont semblables à celle du Commando Invisible : caches d’armes banalisées, maitrise du combat au corps à corps et des techniques de guérilla urbaine. Le Commando Invisible qui hier faisait allégeance au Président Alassane Ouattara lors d’une conférence de presse animée par IB lui-même s’oppose t-il à un retour à la paix ? Difficile de répondre à cette question mais une chose est sûre c’est que les combats ont reprit entre FRCI et le Commando Invisible dans plusieurs quartiers de la capitale notamment sur des positions d’Abobo. Selon des témoins les combats sont les plus violents de toute la crise ! Ces attaques ont été dénoncées très tôt ce matin par IB lui-même sans qu’il ne prenne le temps de se défende des accusations dont lui et ses hommes sont victimes. Simples accusations des FRCI ou fait fondé, dans tous les cas chacun sait en Côte d’Ivoire que les éléments du Commando Invisible et ceux des FAFN n’ont jamais filé le parfait amour. La quasi-totalité de leurs désaccords ont été toujours réglé par des coups de feu. Espérons tout simplement que l’intelligence et l’esprit citoyen qui a habité les deux camps pour leur permettre de cohabiter à Abobo lors de la prise d’Abidjan les guident vers une dissipation du malentendu qui les oppose.

Suy Kahofi



Il tire toujours les ficelles de la déstabilisation

 

Laurent Gbagbo veut-il réellement la paix ?

« Si je ne suis pas Président alors personne ne le sera ». Voici certainement l’idée maitresse qui guide l’attitude destructrice de Laurent Gbagbo dont les troupes refusent de tourner la page de la crise post électorale. L’égocentrisme de Laurent Gbagbo risque de pousser la Côte d’Ivoire vers des lendemains incertains. Comment quelqu’un qui prétend être de Dieu et combattre avec ‘’l’armée de Dieu’’ peut-il être aussi orgueilleux au point de mettre en péril la vie de ses compatriotes ? Parce que la Côte d’Ivoire veut renoncer à la violence et au KO, le clan Gbagbo refuse de lui rendre sa liberté. Au lendemain du discours du Président Alassane Ouattara les populations sont enfin sorties pour tenter de trouver de quoi manger et souffler. Les engagements pris pour le retour au calme avaient convaincu les Ivoiriens. Malheureusement les miliciens pro-gbagbo encore actif à Abidjan ont tout fait pour empêcher les abidjanais d’être heureux. Plusieurs attaques ont été signalées dans toute la ville car les forces pro-gbagbo n’ont pas dit leur dernier mot. Profitant de l’accalmie et du fait que les FRCI tentent de sécuriser Abidjan, les mercenaires et miliciens à la solde de l’ancien président se sont réarmés pour continuer à tuer. Certes cette situation inquiète l’ONU mais elle avait été déjà décrite par le Premier Ministre Guillaume Soro qui avait affirmé et je cite « l’appel au cessez-le-feu n’est qu’une nouvelle stratégie de Laurent Gbagbo pour gagner du temps et organiser sa résistance ». Aujourd’hui chacun donnera raison à Guillaume Soro vu que la forteresse Gbagbo est gardée par plus de 1000 hommes qui tentent d’encercler l’hôtel du golf. Suivez mon regard.

Voici près d’une semaine que les habitants du paisible quartier de la Riviera CIAD et du village de N’pouto (situé à 500 m de l’Hôtel du Golf) ont vu débarquer de nouveaux locataires. Un nombre important de ces personnes serait des militants de la FESCI qui ont déserté les cités universitaires : « on les connait bien ici » nous a affirmé un jeune homme. Reconnaissable à leurs vocabulaires virulent et leurs prêches enflammées anti-ouattara, ils tentent de recruter des jeunes dans les espaces publics tels que les maquis et espace de distraction encore ouverts. En cette période difficile, ils ont encore les moyens de s’offrir casiers de bières et mener une vie de luxe. Pire aux alentours du village de N’Badon des informations font état de jeunes miliciens qui reprennent des entrainements. Les populations de ces différents quartiers et villages heureux de la présence des casques bleus de l’ONUCI craignent que la violence et les pillages ne soient désormais leur quotidien. Les attitudes hitlériennes de Laurent Gbagbo inquiète car dans l’histoire du monde tous les dictateurs et leaders qui ont cru que sans eux leurs Nations ne pouvaient pas exister ont conduit des régimes et des idéaux qui ont consacré le KO et la désolation. La Shoa en est l’exemple le plus palpable ! Laurent Gbagbo s’en fout de savoir si les abidjanais mangent ou sont malade, il s’en fout de savoir si des femmes enceintes ne s’alimentent pas bien, il s’en fout de savoir si des blessés restent sans soin, il s’en fout des morts…La seule chose qu’il veut n’est ni la paix pour la Côte d’Ivoire mais il veut tout simplement être Président et s’il le faut sur les cadavres des Ivoiriens. Je me réjouis que sur cette terre aucune situation n’est éternelle et que tôt ou tard Laurent Gbagbo, qui depuis quatre mois tente de trouver un homme lucide pour lui dire qu’il est Président, devra se décider à laisser les Ivoiriens vivre. L’ayatollah Ruhollah Khomeiny dans un célèbre écrit disait ceci : « quand un mécréant se présente comme une plaie pour sa communauté, sa ville ou son pays et que son caractère destructeur est nettement révélé, l’ablation d’un tels kyste s’impose comme une intervention chirurgicale voulu par Dieu pour l’équilibre du monde ». Tôt ou tard le problème Laurent Gbagbo sera réglé car il est aujourd’hui le vrai problème de la Côte d’Ivoire. Les hommes de Laurent Gbagbo refusent de prendre le chemin de la paix et ils entendent empêcher le reste du peuple de vivre en paix. Dieu est témoin et en temps que juge suprême il ne regardera pas la situation du peuple Ivoirien sans agir.

Suy Kahofi



« Nous on avance et on va avancer ! »

 

Il faut que la Côte d’Ivoire oublie le passé pour construire son avenir

Il n’y a que les militants LMP et ceux du FPI qui aiment le KO, la violence et les crimes sans fin pour oser critiquer le discours du Président Ouattara. Il n’y a que les suppos de l’ancien chef d’Etat qui aiment voir le sang couler car ils sont les seuls à avoir crié « on ne laisse pas tombé, on va mélanger le pays, Ouattara n’a qu’a bavarder c’est cadeau ». Voici un clan de pseudo-démocrates et de patriotes du dimanche qui regrettent déjà le temps où Gbagbo jetait les obus sur les civils, qui regrettent déjà les assassinats des journalistes, qui veulent encore que les armes lourdes crépitent…Il y a ceux là et il y a nous qui voulons le changement, du travail, la paix et un avenir radieux pour notre cher pays !

Trop c’est trop ! Huit ans de crise militaro-politique, quatre mois de crise post-électorale, douze jours de guerre civile, plus de 2000 morts, des milliers de blessés, des centaines d’orphelins, des centaines veuves ; je crois qu’il faut être un homme sans cœur pour vouloir reculer et vivre de nouveau toutes ces souffrances. On peut être nostalgique mais je pense qu’on doit l’être pour les bonnes choses. La triste page de Laurent Gbagbo marquée par la gabegie, la corruption, les détournements à grande échelle, les scandales sexuels au sommet de l’Etat et les morts en cascade est belle et bien tournée. « Nous on avance » comme dirait un jeune chauffeur et on veut avancer ! Les banques vont rouvrir et ceux qui ne veulent pas prendre leur salaires parce que payé par Ouattara sont libres de le faire ! Les ports ne sont plus sous embargo et ceux qui refusent de se soigner avec les médicaments qui passent par ces ports sont libres de refuser ! Il y aura du travail et ceux qui veulent croiser les bras sont libres d’agir ainsi ! Il y aura la réconciliation et je crois que seuls les ennemis de la Côte d’Ivoire seront contre ! La Côte d’ivoire veut vivre après des jours passés dans le KO et seuls ses ennemis rêvent encore du KO.

Laurent Gbagbo n’est plus une priorité car hier il était le chasseur qui mettait Ouattara sous blocus, aujourd’hui c’est lui qui est sous blocus et personne ne s’opposera à son désir de garder ce palais présidentiel pour lui. La prophétie selon saint Laurent, celle qui confortait la dérive messianique du couple Gbagbo s’est bien accomplie sauf que la fin ne ressemble en rien à ce que Laurent Gbagbo espérait. Dieu confond toujours et il a trouvé une solution à la crise à laquelle personne ne pensait. Prophétie par ici, prophétie par là, rien que du mensonge d’homme de Dieu cupide pour endeuiller la Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens sauront désormais entendre la voix de Dieu et feront la différence entre ce que les faux prophètes disent et ce que Dieu dit. La Côte d’Ivoire avance et elle avancera avec ceux qui le souhaitent car ce pays a d’énormes potentialités qui peuvent lui permettre de jouer son rôle de moteur économique de la sous-région. Vive la Côte d’Ivoire et que Dieu nous bénisse !

MOMENT DE JOIE


Ils sont désormais libres, nos amis et confrères Sanogo Aboubakar dit Abou Sanogo et Kangbé Yayoro Charles Lopez dit Gnahoré Charly de Télévision Notre Patrie (TVNP) arbitrairement détenus à la MACA. Merci aux journalistes ivoiriens, à RSF et à tous ceux et celles qui ont soutenu et soutiennent tous les journalistes exilés et ceux privés d’exercer librement. Vive la Presse Ivoirienne pour que vive la Démocratie !

Suy Kahofi



Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE