Tag : élection

Bert Koenders se prononce sur les législatives du 11 décembre

 

Bert Koenders le patron de l’ONUCI

Au soir du scrutin législatif, le Représentent spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Bert Koenders, a estimé dimanche soir que dans l’ensemble, la journée s’était déroulée dans le calme dans les bureaux de vote visités dans le district d’Abidjan et à l’intérieur du pays. Faisant une évaluation d’ensemble de la journée devant la presse, M Koenders, tout en saluant la présence discrète mais efficace du dispositif sécuritaire mis en place par le Gouvernement, et la collaboration avec les éléments de l’ONUCI déployés à travers le pays, a souligné certains incidents sécuritaires. « A Bonon, dans la région de Bouaflé, des individus armés ont dérobé du matériel électoral, dont des urnes » a indiqué le Représentant spécial. « Je tiens à condamner ces actes de violence et d’intimidation avec la plus grande fermeté, Nous attendons à présent un rapport complet de la situation pour connaitre la nature des incidents et en évaluer l’impact sur les opérations de vote », a-t-il ajouté.

Dans la foulée, M Koenders a expliqué le reste du processus, précisant qu’après la fermeture des bureaux de vote, des équipes de la Commission électorale indépendantes (CEI),  du Bureau des services d’appui aux projets des Nations unies (UNOPS), du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et de l’ONUCI assureraient le retour des procès-verbaux des bureaux de vote jusqu’aux commissions électorales locales.  Selon le Représentant spécial, la consolidation des résultats se ferait au niveau des 300 commissions locales tandis que la publication des résultats préliminaires interviendrait au niveau des 105 commissions de sièges retenues par la CEI. Cette soirée de dépouillement et d’acheminent des résultats est très importante pour l’évaluation finale de ces élections. Dans ce cadre, il a invité la CEI à publier dans des délais raisonnables, et au fur et à mesure de leur mise à disposition, les résultats partiels par circonscription. Tout comme l’avaient fait les observateurs nationaux de la société civile, M. Koenders a vivement exhorté les formations politiques, les candidats dans leur ensemble, ainsi que les médias, à respecter la compétence exclusive de la CEI pour ce qui est de l’annonce des résultats. A ce titre, le représentant spécial a salué l’amélioration du comportement des médias publics et privés au cours de la campagne électorale, les invitant à conserver cette attitude exemplaire dans les jours à venir. Il a rappelé son rôle de certification, soulignant qu’elle interviendrait après l’examen des réclamations par le Conseil Constitutionnel. « Cette certification se fera sur la base des cinq critères agréés par l’ensemble des parties ivoiriennes et validés par le Conseil de sécurité des Nations Unies, à savoir la paix/sécurité, l’inclusion, les médias d’État, la liste électorale et les résultats », a précisé le Chef de l’ONUCI. « D’ici à la certification, a poursuivi le Représentant spécial, je reste donc à l’écoute des institutions compétentes et invite l’ensemble des acteurs nationaux mais aussi internationaux à la sérénité ».



Côte d’Ivoire : les législatives sous fond d’abstention et de faible taux de participation

 

Bureau de vote des législatives du 11 décembre à Abidjan

Jusqu’à 14 heures TU moins d’une cinquantaine d’Ivoiriens s’étaient déjà déplacés dans plusieurs bureaux de vote d’Abidjan. Ce dimanche 11 décembre qui marque le jour de vote de l’élection législative a été un dimanche comme les autres avec un nombre important d’habitants de la capitales économique qui sont restés dans leurs maisons évitant ainsi de prendre part au vote. Certains estiment qu’il s’agit d’une parodie électorale pour cautionner le hold-up du RHDP au parlement, d’autres pensent que ce vote ne permettra pas à la Côte d’Ivoire de se réconcilier vu que l’application d’une justice à deux vitesses est déjà visible avec le transfèrement de Laurent Gbagbo à la CPI. Une frange importante de ceux qui pratique une abstention volontaire estiment également que c’est par crainte de violence qu’ils ne se sont pas rendu dans l’isoloir.

Dans l’ensemble les opérations de vote se passent dans le calme et la tranquillité. Les forces de l’ordre veillent au grain par leur présence dissuasive dans les bureaux de vote. Les forces de l’ONUCI qui participent à la sécurisation du scrutin veillent à la bonne marche des opérations de vote à Abidjan avec 63 patrouilles mobiles et près de 360 sur toute l’étendue du territoire national. Bert Koenders le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU a salué le sens de civisme du peuple Ivoirien et il a invité au cours de sa tournée de ce dimanche matin les uns et les autres à s’impliquer dans le processus électoral en participant au vote.

Au moment ou nous achevons la rédaction de ce billet et où nous le mettions en ligne (15 heures 15 TU) le nombre de votants augmente timidement dans les bureaux de vote avec la fin des cultes évangéliques. Si le contrôle de la future Assemblée Nationale par le RHDP est une certitude, la grande inconnue demeure le taux de participation pour ces législatives qui officiellement doit mobiliser un peu plus de 5,7 millions d’Ivoiriens.

 



Le représentant spécial visite des bureaux de vote à Abidjan

Gerard Bert Koenders le patron de l'ONUCI

« Le scrutin se déroule dans une ambiance positive et calme », a constaté dimanche à la mi-journée, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Bert Koenders. Très tôt le matin, M Koenders a entrepris de faire le tour des bureaux de vote  dans plusieurs communes de la ville d’Abidjan en compagnie de membres du corps diplomatique et de Représentants d’institutions sous-régionale et régionale. « Il est très important de regarder ce qui se passe dans les bureaux de vote à travers tout le pays », a estimé le Représentant spécial, précisant qu’une équipe de six cents personnes était déployée sur toute l’étendue du territoire pour voir comment se déroule les élections législatives. Estimant prématurée toute évaluation à ce stade, M Koenders a néanmoins indiqué à la presse que la plupart des bureaux de vote avaient ouvert à temps dans une ambiance calme et positive. Il s’est également dit impressionné par le travail de la Commission électorale indépendante (CEI) ainsi que de la présence discrète des Forces de sécurité.

Interrogé sur l’inclusivité du présent scrutin, le Représentant spécial a souligné la présence de diverses tendances. « Il y a aussi beaucoup de candidatures de différents partis ainsi que beaucoup d’indépendants », a-t-il ajouté. De son côté, le Chef de la Mission de l’Union Africaine pour les élections législatives en côte d’Ivoire, Seini Oumarou, a indiqué que ses premières impressions après les différentes étapes dans les communes du district d’Abidjan, étaient bonnes en attendant le dépouillement. M Oumarou a également estimé que l’organisation du scrutin était impeccable. « Le matériel est arrivé généralement à temps », a constaté le Chef de la Mission de l’UA. Poursuivant, M Oumarou a dit son espoir de voir le taux de participation  évolué. « Ce ne sera pas la grande affluence du scrutin présidentiel, mais le manque d’affluence que nous avons constaté au début est en train de s’améliorer au fur et à mesure », a-t-il fait savoir. Il a, dans la foulée salué le travail de l’ONUCI sur le terrain. « L’ONUCI a fait un excellent travail », a conclu M Oumarou. La délégation onusienne et les membres du corps diplomatique ont sillonné plusieurs bureaux de vote dans différentes communes du district d’Abidjan, notamment à Bingerville, à Yopougon, à Abobo, à Cocody, à Koumassi et à Port-Bouet. Dans chaque centre, M Koenders a chaleureusement discuté avec les électeurs, les représentants des bureaux de vote ainsi que les représentants des candidats. Ceux-ci lui ont expliqué leur rôle et lui ont souvent fait part de leurs préoccupations. Des délégations de haut niveau ainsi que des observateurs internationaux sillonnent également l’intérieur du pays pour suivre le déroulement des opérations électorales.



Charles Yahovi Djrekpo NDI : « Le bureau de vote ne doit pas être un lieu de tension »

 

Ambiance studieuse affichées lors de la formation

Les formateurs des représentants des partis politiques dans les bureaux de vote ont été instruits sur leurs missions dans le processus électoral par le NDI, le National Democratic Institue et la CEI, la Commission Electorale Indépendante. L’objectif de ces deux entités en formant les 248 formateurs des représentants des candidats dans les bureaux de vote est d’éviter que ce lieu ne devienne un endroit de conflit et de contestations inutiles susceptibles de mettre à mal le processus électoral. C’est ce vendredi 25 novembre à la salle Office + sis au Vallon les II Plateaux que les deux organisations citée plus haut ont réunit des séminaristes venus apprendre mais surtout partager leurs expériences avec les autres venus de partis politiques et de villes différentes. Les échanges et les formations qui ont duré toute la journée ont porté notamment sur les droits et devoirs du représentant du candidat, le déroulement du vote, le dépouillement, la simulation… Les séminaristes ont été repartis en 5 ateliers avec 6 formateurs pour permettre aux échanges d’être plus faciles.

Mr Charles Yahovi Djrékpo Directeur résident du NDI a souligné que  la formation des formateurs des représentants des candidats dans les bureaux de vote est très importante dans la mesure où elle répond à deux impératifs. « Il s’agit de faire en sorte que chacun en retournant à sa base c’est-à-dire dans son parti politique, puisse avoir des informations pour mieux outiller les autres représentants des candidats dans les bureaux de vote et ainsi rendre le scrutin plus transparent. En second lieu il s’agit pour le NDI et la CEI de mettre tout le monde au même niveau d’information car les supports de formation des représentants des candidats dans les bureaux de vote sont pratiquement les mêmes que ceux des présidents des bureaux de vote ! » Des représentants des candidats bien formés, des présidents de bureau de vote bien formés c’est surtout la garantie d’un scrutin sans violence et d’un processus électoral réussit. Pour Maezan Koffi Noel coordonnateur de la Convention des Leaders Politiques pour la Culture Démocratique et consultant-formateur pour le NDI ce séminaire n’est pas une formation de trop et elle est opportune dans le contexte de sortie de crise Ivoirien. « La Côte d’Ivoire a certes consacré le multipartisme depuis les années 90 et nous avons eu à organiser plusieurs élections. La somme de ces expériences nous permet aisément de dire que nous avons encore le devoir de former les Ivoiriens car non connaissance, la non maîtrise et la non application des textes qui régissent notre système électoral peut conduire à un handicap dans le processus électoral. On ne le dira jamais assez un citoyen mal formé est un danger non seulement pour son parti mais pour tous les autres acteurs engagés dans le scrutin ».

Bamba Youssouf, le vice-président de la Commission Electorale Indépendante et porte-parole de la structure n’a pas manqué de saluer la disponibilité du NDI qui en cette période électorale ne se ménage pas pour accompagner le processus à tous les niveaux. Il a surtout précisé aux séminaristes combien de fois leur rôle est capital dans le processus électoral. « C’est à vous de veiller au bon déroulement du vote pour vos candidats et partis politiques respectifs. A ce titre votre présence dans les bureaux de vote est nécessaire et indispensable. Nous vous donnons une formation que nous avons prévu dispenser avant la Présidentielle mais cela n’a pas été possible et malheureusement nous avons constaté des manquements. C’est pourquoi je vous invite à répercuter cette formation fidèlement auprès de vos agents et vous verrez que tout se passera bien le jour du vote » a argumenté Bamba Youssouf. A la fin de la formation le guide du représentant dans le bureau de vote édité par la CEI a été remis en guise de feuille de route aux séminaristes.

SUY Kahofi

 



L’ONUCI accordera un appui multiforme aux législatives ivoiriennes

 

Bert Koenders le nouveau patron de l’ONUCI

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Bert Koenders, a  donné des assurances sur l’appui de la Mission au Premier Ministre Guillaume Soro qu’il a rencontré, pour la première fois mercredi 2 novembre, a indiqué le Porte-parole de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, Hamadoun Touré. « Il s’agira d’un appui multiforme portant sur les ressources humaines, le matériel, la logistique et bien sûr la sécurité », a précisé  M Touré lors du point de presse hebdomadaire de la Mission. Il a ajouté que cette visite de M Koenders entrait dans le cadre de ses prises de contact avec les acteurs du processus de paix ivoirien. « Bert Koenders va poursuivre ses consultations avec les membres du gouvernement et d’autres composantes de la société ivoirienne », a fait savoir le porte-parole.

Dans la veine du processus électoral dans un environnement sécurisé, M Touré a fait cas de la réunion hebdomadaire tripartite des Chefs militaires et de Sécurité, des forces Impartiales et des forces ivoiriennes tenue le mercredi 2 novembre 2011, au siège de l’ONUCI. Il s’agissait, a-t-il expliqué, de faire le point de la situation sécuritaire dans le pays et des préparations des élections législatives. Intervenant sur les activités opérationnelles de la Force sur ce point, le porte-parole a indiqué que les casques bleus avaient effectué 1 324 patrouilles terrestres et aériennes la semaine passée dans le cadre de la reconnaissance des lieux de vote et de la protection des populations. « Ils facilitent aussi les déplacements des populations et assurent la sécurité de plusieurs  organisations humanitaires travaillant en Côte d’Ivoire », a ajouté M Touré. De leur côté, a-t-il poursuivi, les équipes de déminage et de dépollution continuent de nettoyer  les sites où se trouvent des engins dangereux non explosés. M. Touré a également fait un point de l’opération de collecte volontaire d’armes à Attécoubé la semaine dernière. « La Division de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) de l’ONUCI poursuit sa mission et a, à ce titre, collecté la semaine dernière, 39 armes, 25 grenades et 2 700 munitions de 87 ex-combattants », a-t-il annoncé.

Au chapitre des Droits de l’Homme, le porte-parole a rappelé les violations en la matière répertoriées par les experts de l’ONUCI dans ce domaine dans certains villages à l’ouest de la Côte d’Ivoire notamment à Niamayo (55 km de Daloa) et Niazareko (36 km de Divo) où de  violents affrontements ont opposé les FRCI et les dozos (chasseurs traditionnels) aux habitants de ces villages. Des affrontements similaires ont opposé les allochtones (Baoulé, Lobi et Sénoufo) et les allogènes (burkinabé) aux populations autochtones (Bété et Guéré) de Pelezi (98 km de Daloa) et de Bahé Sebon (35 km au nord de Duékoué). Deux personnes ont perdu la vie lors de ces deux incidents. Plusieurs habitations ainsi que des greniers ont été détruits lors de ces violents affrontements, a poursuivi le porte-parole. « L’ONUCI déplore  ces incidents fréquents […] et reste préoccupée par la situation sécuritaire sur certains axes routiers à l’ouest et au nord du pays où les activités de certains groupes armés illégaux ont engendré des violations graves des droits de l’homme », a souligné M. Touré. Sur un autre registre, le porte-parole a fait état de la séance de formation animé par la Division des droits de l’Homme sur le thème : « Droits de l’homme et application de la loi » à l’attention de 19 agents de police, dont 3 femmes, à l’Ecole Nationale de Police à Abidjan. « Les participants ont  été instruits sur la notion des droits de l’homme, les principes relatifs à l’arrestation et à la détention ainsi que ceux relatifs au recours à  la force et à l’usage des armes à feu », a précisé M Touré. Au regard de ce qui précède, le porte-parole a relayé les recommandations de l’ONUCI au Gouvernement ivoirien. Il s’agit notamment de diligenter des enquêtes appropriées sur tous les cas de violations des droits de l’homme, y compris celles perpétrées à Niamayo (55 km de Daloa) et Niazareko ; et traduire en justice leurs auteurs, afin de mettre un terme à l’impunité,

L’ONUCI recommande aussi au Gouvernement de poursuivre ses efforts visant à garantir la sécurité des populations sur l’ensemble du territoire national et à mettre en œuvre sans tarder, le nouveau programme national de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants, y compris des dozos  et des ex-miliciens, conformément à la Résolution 2000 (2011) du Conseil de Sécurité, ainsi que la poursuite de la formation des FRCI aux notions des droits de l’homme, surtout sur les principes de base sur le recours à la force et à l’usage des armes à feu.

En prélude à l’élection des députés à l’Assemblée nationale annoncée pour le 11 décembre, l’ONUCI intensifie sa campagne de sensibilisation de proximité pour l’engagement et l’adhésion des populations à un environnement électoral apaisé.  Il s’agit notamment d’ateliers de formation et d’information organisés à l’attention des leaders d’opinion des localités de Tengrela (dans la Région des Savanes) et de Blolequin (dans le Moyen Cavally), sur la pratique de la tolérance politique et le respect des droits de l’homme en période électorale ainsi que des activités sportifs. La campagne de proximité dénommée ONUCI Tour fera des haltes à Bin Houyé (18 Montagnes) et dans le District d’Abidjan. Ainsi, la commune de Songon recevra, le 9 novembre, nos équipes pour confirmer son engagement en faveur de notre campagne Zéro violence: avant, pendant et après les législatives, a souligné le porte-parole.