Génération Drogba : la malédiction d’une équipe sans trophée ?

Didier Drogba le capitaine malchanceux !

Didier Drogba le capitaine malchanceux !

Et si l’histoire footballistique de la Côte d’Ivoire était écrite d’une manière particulièrement étrange ? Une histoire écrite pour que jamais les grandes stars ne puissent poser leurs mains sur le trophée continental. Oui il faut bien se poser la question : que manque-t-il à Didier Drogba comme à Pokou Laurent pour remporter une coupe d’Afrique ? Ils sont tous les deux talentueux, un jeu exceptionnel, adulés par le peuple Ivoirien, chantés à travers le monde…mais ils échouent là où d’autres footballeurs moins talentueux réussissent. Comme hier l’homme d’Asmara a traversé le ciel du football Africain sans remporter une seule édition de la CAN, Didier Drogba le mythique capitaine des Eléphants risque de mettre un point final à sa carrière sans jamais accrocher une étoile à son maillot. Près d’une dizaine d’années que Didier et ses amis font vibrer les Ivoiriens avec ce goût d’inachevé à chaque édition de la CAN. Après leur qualification historique pour le mondial et une final âprement discuté face à l’Egypte, la génération Drogba n’a cessé de descendre dans les bas-fonds du classement à chaque phase finale de la CAN. Hier finaliste, aujourd’hui sortis en quart de final ! A chaque participation c’est un collectif de plus en plus méconnaissable qui foule les stades. Ces joueurs que l’on présente comme des seigneurs des clubs européens ne sont que l’ombre d’eux-mêmes sur les stades de la CAN. Des joueurs qui entrent en compétition de manière majestueuse et forte pour au final laisser tout un peuple dans la tristesse, l’amertume et la désolation.

Ces échecs répétés ont fini par faire naître des mythes les plus inimaginables. Oui Didier Drogba a aussi son côté légende urbaine. Pour certains, l’homme aurait fait « le pacte » de mettre fin à sa gloire et sa carrière le jour où il remporte la CAN. Et si pour le moment il ne l’a pas encore remporté, c’est certainement parce qu’il n’a pas encore envie de quitter les rectangles verts. « C’est son fétiche ! » estime ceux qui croient en cette légende. Plus grave, d’autres croyances populaires soutiennent que Didier Drogba aurait monnayé son succès européen et ses gros salaires contre un silence total sur le continent. « Il brillera chez les blancs mais jamais chez lui ! ». « Son pacte », dans cet imaginaire total serait donc à l’origine de cette véritable poisse qui suit l’équipe nationale de Côte d’Ivoire depuis une dizaine d’années. Première au classement des meilleures équipes africaines, un beau jeu et jamais de trophées ! Pourtant sur le chemin de Sénégal 1992 la Côte d’Ivoire était loin d’avoir une équipe aussi célèbre et aussi bien classée. Doit-on dans ce contexte penser à la retraite pour la génération Drogba ? Chacun aura son analyse sur la question !

SUY Kahofi

CAN 2012 : croyez-vous aux chances des éléphants footballeurs ?

 

Les éléphants partent favoris sur papier !

Pour certains analystes et professionnels du football africain la CAN 2012, organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Equatoriale est la CAN la plus abordable sur papier pour les Eléphants de Côte d’Ivoire. Rien qu’à voir les Nations qualifiées on se dit que la Côte d’Ivoire est déjà de retour sur les bords de la lagune Ebrié avec le trophée ! En effet la Côte d’Ivoire partage la même poule que le Soudan une ancienne gloire du foot africain aux premières heures de la CAN mais qui ‘’se cherche’’ aujourd’hui dans le classement FIFA. Le Burkina Faso est aussi présente avec ses nouvelles stars mais pour que peut faire un étalon devant le pachyderme ? Il y a aussi l’Angola qui est pour les Ivoiriens le pion le plus sérieux : attention aux Panthères Noires qui savent donner du fil à retordre aux grandes équipes du continent. Poule abordable mais attention ! Attention car pour certains Ivoiriens les éléphants de Côte d’Ivoire ont l’art de décevoir le peuple quand on s’attend à une belle prestation. CAN 2012 : croyez-vous aux chances des éléphants footballeurs ? Voici la réponse de quelques Ivoiriens.

N’dri Koffi : « Il faut éviter de prendre sa retraite sans un titre continental »

Voici une dizaine d’année que nous avons la même équipe nationale avec les mêmes problèmes, les même frustrations…certain qu’on élève comme des ‘’dieux’’ et d’autre qu’on rabaisse mais l’équipe est là et elle traverse le temps sans un seul trophée. Ce n’est pas les comptes en banque qui font en premier lieu la fierté d’un footballeur : c’est le palmarès de titre et de médaille qui fait qu’on reste dans l’histoire. A ce titre, j’interpelle nos frères pour qu’ils mouillent le maillot ! Il ne faut pas qu’ils quittent les stades africains sans le trophée de la CAN. Cela serait une grande tristesse pour le peuple mais pour eux-mêmes aussi !

Tra Bi Isidore : « S’ils n’ont pas ce trophée pour cette CAN, ils ne l’auront plus jamais »

Quand on regarde cette CAN 2012 on se demande s’il existe une seule équipe capable de freiner la lancée des éléphants de Côte d’Ivoire ? Le Cameroun, l’Egypte et le Nigeria qui pouvaient nous ‘’effrayer’’ ne sont pas présents. Voici pour je souligne avec force que si les éléphants n’ont pas ce trophée cette année 2012 ils ne l’auront plus jamais ! Ce n’est pas les sacres de Chelsea, de Barcelone ou d’Arsenal qui font la fierté des Ivoiriens : nous voulons des trophées de notre continent pour briller au panthéon de l’Afrique sportive.

Ben Issa : « Ne soyons pas fatalistes »

C’est vrai que les éléphants ont l’art de nous décevoir souvent mais nous n’allons pas brûler nos propres joueurs avant le début de la compétition ! Il faut encourager nos athlètes et souhaiter que le bon football des éléphants soit au rendez-vous lors de la CAN 2012. J’ai foi que cette équipe ira très loin dans cette compétition et qu’elle reviendra avec le trophée inch’allah ! Il faut prier et Dieu fera le reste.

Séka Camille : « Evitez d’aller vous faire humilier par une petite équipe »

Eléphants de Côte d’Ivoire on les connait : se sont des spécialistes de crise cardiaque ! Quand vous compter sur eux, ils vous font dormir à 19 heures. J’ai très peur car ils sont capables d’aller se faire humilier par une petite équipe tout droit venue des bas-fonds du classement FIFA. Il faut dès à présent que les nouveaux dirigeants du foot Ivoirien fassent tout pour que l’esprit malsain de mésentente qui règne dans cette équipe puisse disparaitre afin que l’unité puisse conduire ces jeunes qui ont du talent vers le sommet du football continental.

Sékou Sylla : « Nous attendons le trophée de la réconciliation »

Pour la CAN 2012 je crois aux chances des éléphants footballeurs et je croise les doigts pour que ce trophée revienne pour que la réconciliation soit totale. Il le faut parce que voici au moins une dizaine d’années que l’actualité dans ce pays est marquée par la politique et rien que la politique. Une fête nationale avec la coupe dans les rues d’Abidjan sera une grande et belle fête ! Allez les éléphants et surtout mouillez le maillot pour qu’après Sénégal 92’ nous puissions avoir un autre moment d’intense bonheur qui réunit tous les Ivoiriens.

SUY Kahofi

Ils nous ont fait oublier la crise…et le font toujours !

Douk Saga et Didier Drogba ont redonné espoir au peuple Ivoirien

Huit ans de crise et d’enlisement politique c’est long, ennuyeux et triste à cause des conséquences désagréables du conflit socio-politique Ivoirien. Malgré cette situation de crise tout ne fut pas si triste en Côte d’Ivoire bien au contraire. Les huit dernières années ont été riches en évènements culturels, musicaux et surtout sportifs qui ont permis aux Ivoiriens d’oublier les bruits de bottes et de mitraillettes. Ces évènements portent la marque de certains Ivoiriens qui ont su déchaîner les passions et unir tout un peuple. Deux se sont brillamment illustrés : Douk Saga et Didier Drogba !

Le foot est l’opium du peuple !

Il était inconnu des Ivoiriens jusqu’à ce qu’un matin le Président de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football) Mr Jacques Anoma ne le présente au grand public. L’étoile de l’Olympique de Marseille, Didier Drogba est arrivé en équipe nationale de football comme pour redonner espoir à un pays marqué par la crise. Son nom et ses exploits mettaient tout le monde d’accord et permettaient d’oublier la politique. « Oui Didier c’est un chef ! Je peux dire qu’il est l’Ivoirien le plus célèbre et grâce à lui quand on parle de la Côte d’Ivoire on oublie que nous vivons des problèmes » affirme Bekoin Evariste. Avec sa bande de camarade en équipe nationale, Didier Drogba permet à la Côte d’Ivoire de goûter aux délices de la Coupe du Monde. Une première qualification historique pour l’Allemagne et un peuple heureux et fier de son équipe. « Il y a des moments de la vie du pays que vous voulez vivre chaque jour. Je me souviens comme si c’était hier cette défaite du Cameroun, la joie dans les maquis, les cabarets et les bars. J’ai la certitude que ce jour chacun avait oublié son parti politique et son ethnie pour penser à la Côte d’Ivoire » déclare Kouassi N’da Parfait. Didier Drogba est un phénomène, le symbole d’un nationalisme positif ! Tout ce qu’il fait ou presque rappelle son pays. De sa manière de célébrer ses buts à son action humanitaire, Didier Drogba n’est jamais sans la Côte d’Ivoire. Icône nationale du ballon, il a su rester neutre sur le plan politique et utiliser son image pour appeler à la réconciliation nationale et à la non violence durant les élections.

Douk Saga, la légende, le héro national !

Il est l’artiste qui aura marqué la Côte d’Ivoire pendant ses huit dernières années avec le concept musical qui continue de survivre : le coupé décalé. Douk Saga, Stéphane Hamidou Doukouré de son vrai nom est décédé le 12 octobre 2006 à Ouagadougou au Burkina Faso d’une pathologie pulmonaire chronique mais sa légende demeure ! Il était si célèbre que ses funérailles furent digne d’un Chef d’Etat : les plus imposants en Côte d’Ivoire après ceux de Roger Fulgence Kassi l’animateur vedette de la RTI et Félix Houphouët Boigny le premier président de la Côte d’Ivoire. A la tête d’un groupe de jet-setters Ivoiriens il lance le ‘’travaillement’’. Le président avait pour fidèle lieutenants Le Molare, Boro Sanguy, Lino Versace, Jean-Jacques Kouamé, Solo Béton, Serge Dephalet, Kuyo Junior, Bedel Patasse, Chakoule Bachelor et Papa Ministre. Bien que de nombreux Ivoiriens se posaient des questions sur l’origine de sa fortune, ses séances de distributions gratuites de billet de banque attiraient un monde fou. « Tout monde donnait en coupé décalé et voulait se faire voir, entendre son nom dans un spot ou un single de Dj et montrer lors d’une soirée dans une boîte de nuit qu’on pouvait dépenser » affirme Souverain 1er gérant de bar à la rue princesse de yopougon. Douk Saga a su redonner la joie de vivre aux Ivoiriens et les Dj Ivoiriens perpétuent son mouvement. Du coupé décalé sont nées la danse de la grippe aviaire, le kpangôr, le placali, le bobraba, le sans guêbê et un nombre incalculables d’autres concepts. « Il est parti très tôt mais il a su comme ‘’un messie’’ nous faire oublié nos soucis » souligne Koffi Laurent. On retiendra de lui qu’il fut un bon vivant et qu’il aura contribué à sa manière à faire oublié les affres de la crise aux Ivoiriens.

Suy Kahofi