Revue Ivoirienne du 28 janvier au 02 février 2013

Blé Goudé à sa sortie d’audition avec ses avocats

Blé Goudé à sa sortie d’audition avec ses avocats

Les journaux Ivoiriens cette semaine ont été largement aux couleurs du dossier Charles Blé Goudé contre le Ministère Public Ivoirien. Son audition du 30 janvier par la justice Ivoirienne a suscité une analyse dans les colonnes de Fraternité Matin, le quotidien à capitaux publics. Le confrère dans son papier expose les préalables de Charles Blé Goudé devant les juges. Ces préalables tiennent en une phrase : le respect de ses droits. Pour Le Patriote c’est un Charles Blé Goudé qui perd sa langue devant les juges et refuse d’aborder les questions de fond. Un Charles Blé Goudé qui refuse de répondre au juge, c’est également le constat fait par Le Nouveau Réveil quand paradoxalement Nord-Sud quotidien estime que Charles Blé Goudé a bien parlé puisse que cuisiné par les juges pendant 6 heures ! Et dans cette même veine L’Expression reprenant les propos que ce dernier aurait tenus écrit à sa une et je cite : « je n’ai pas fait de deal avec le pouvoir ». Autres propos attribués à Charles Blé Goudé et repris par nos confrères du quotidien Le Mandat : « mes conditions de détention sont mauvaises ». En effet Charles Blé Goudé a confié à ses avocats qu’il peut à peine voir pour préparer sa défense, qu’il n’est pas capable de situer géographiquement son lieu de détention et qu’il subit une violence morale qui ne dit pas son nom. Sur son lieu de détention tenu secret par les autorités Ivoiriennes, Le Patriote et Le Nouveau Courrier comme s’ils s’étaient passés le mot reprennent la version officielle du Gouvernement. « Charles Blé Goudé est dans une résidence protégée » et cette révélation est du ministre Hamed Bakayoko de l’intérieur qui était face aux partisans du général de la rue. Pendant que Charles Blé Goudé est toujours en détention, ses camarades du FPI ont repris le dialogue avec le pouvoir. Ce dialogue politique longtemps interrompu a véritablement occasionné des analyses de plusieurs canards Ivoiriens. Sur la question, L’Intelligent d’Abidjan annonce à sa une : tout sur les exigences du FPI. Financement des partis politiques, Commission Electorale Indépendante, conseil économique…ce que Ouattara propose à l’opposition écrit Nord-Sud. Le Nouveau Réveil barre sa une avec ce titre : participation aux élections locales, réconciliation et entrée au gouvernement…le FPI dit NON et NON à Ouattara. La raison selon le confrère est toute simple : le FPI réclame la libération de Laurent Gbagbo et la modique somme de 1,6 milliards de f CFA. Le Patriote se veut un brin moralisateur avec cette analyse : dialogue FPI – Gouvernement, l’amnistie coûte que coûte n’est pas la solution. Les journaux ivoiriens cette semaine sont revenus sur les grandes décisions du Conseil des Ministre du mercredi 30 janvier 2013. L’une d’entre elles touche directement les enquêtes ouvertes dans le cadre de la crise post-électorale. Le Nouveau Réveil nous apprend que le Gouvernement autorise l’exhumation de 800 corps. C’est encore 269 tombes et 36 fausses communes qui ont été répertoriés nous indique Le Démocrate qui précise qu’il s’agit de 467 corps qui sont non-identifiés et tous ces chiffres sont repris par L’Expression.

A la semaine prochaine !

L’APDH accompagne au plan juridique les victimes de la crise Ivoirienne

Eric Aimée-SEMIEN Président de l’APDH présente le projet à l’Assemblée

L’ONG de défense des Droits de l’Homme APDH (Action pour la Protection des Droit de l’Homme) a présenté officiellement son projet d’accompagnement juridique et judiciaire des victimes de la crise Ivoirienne. Ce projet qui vise à accompagner les victimes de la crise Ivoirienne pour leur permettre de saisir de façon efficace les juridictions nationales et internationales intervient dans un contexte particulier. La Côte d’Ivoire comme toute société en sortie de crise est confrontée à la gestion de son sombre passé pour parvenir à une société plus démocratique et à un Etat de Droit affirmé. Pour y arriver, le pays doit pouvoir instaurer une politique de lutte contre l’impunité et l’instauration d’une justice transversale applicable à tous. Dans ce schéma, les acteurs de la société civile sont mis à contribution pour jouer le rôle d’éveilleur de conscience et surtout contribué à rétablir la vérité. L’APDH n’entend pas se faire prier pour remplir cette mission ! Son projet baptisé « Accompagnement juridique et judiciaire des victimes de la crise Ivoirienne » est le canal par lequel l’ONG veut aider à faire la lumière sur les violations des droits de l’homme et surtout aider les victimes à obtenir réparation.

Le projet lancé ce 06 Juillet 2012 aura une durée de 12 mois (1 an) et s’articulera principalement autour de la sensibilisation et de la formation des victimes, des enquêtes de terrain et de procédure de saisine de la justice nationale et internationale. L’APDH n’est pas seule dans l’exécution de ce projet. Elle bénéficie du soutient de la Fondation OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) et du FDS (Fonds de Soutien au Développement) de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire. Les zones ciblées par le projet sont : Abidjan, Grand-Lahou, Fresco, Sassandra, Soubré, Taï, Bloléquin, Toulépleu, Issia et Snifa. Selon Eric Aimée-SEMIEN Président de l’APDH, « il ne s’agit pas de faire double emploi avec les initiatives déjà menée. L’APDH veut appuyer à la documentation des nombreux évènements qui ont marqué la crise Ivoirienne dans ces localités et qui sont passés sous silence ». Pour Eva Sahadala de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire « la question des droits de l’homme est une priorité pour le Fonds de Soutien au Développement. Aussi appuyer l’APDH apparait tout à fait normal ». Au cours de la cérémonie officielle de présentation du projet, l’APDH a été soutenue par différents acteurs de la société civile au compteur desquels les promoteurs des droits de l’homme. En leur nom, Guillaume NGEFA chef-adjoint de la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI a « félicité l’APDH pour son initiative et souhaité plein succès à l’ONG pour ses actions de terrain les mois avenirs ».

Le 3ème rapport rendu public

Au cours de cette cérémonie de présentation du projet « Accompagnement juridique et judiciaire des victimes de la crise Ivoirienne« , l’APDH a présenté son 3ème rapport relatif à la crise post-électorale. Baptisé « ça n’a duré qu’une nuit et pourtant…« , ce rapport donne des éclairages précis sur les violences du village d’Anonkoua-Kouté, situé dans la commune d’Abobo. Dans la nuit du 06 au 07 Mars 2011, le village a fait l’objet d’une attaque généralisée de la part d’un groupe armé se réclamant du Commando dit Invisible. Le résultat de cette descente se passe de commentaire : neuf (09) personnes tuées, quarante (40) autres décédées plus tard, une dizaine de portés disparus, plusieurs blessés graves ont été enregistrés, le patrimoine ancestral (or, parures, …) emportés et une population traumatisée à jamais. Tout en félicitant l’APDH pour son courage, le Chef du village d’Anonkoua-Kouté a invité les autorités compétentes à se pencher sur le sort du village par un appui matériel aux populations. Il a aussi prié les hommes média de rechercher sincèrement la vérité sur les massacres d’Anonkoua-Kouté par de véritables enquêtes de terrain.

SUY Kahofi

Avancées majeures dans le dépôt des armes

 

Opération de DDR avec l'ONUCI

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) enregistre un rythme encourageant de dépôt d’armes même si des progrès restent encore à faire, a déclaré jeudi à Abidjan, Hamadoun Touré, lors du point de presse hebdomadaire de la mission. A ce sujet, le porte-parole a fait un bref bilan de l’opération de dépôt d’armes volontaires débutée en juin 2011. « A ce jour, 2000 ex-combattants ont déposé volontairement 1300 armes et plus de 50.000 munitions », a-t-il affirmé, soulignant que l’opération se poursuivrait cette semaine dans certaines villes de l’ouest et du sud ouest du pays. Les cérémonies de remise d’armes, selon le porte-parole, sont supervisées par la section Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) de l’ONUCI en collaboration avec la sous commission Opération-sécurité de la Com-Nationale des Armes Légères et de petits calibres(ALPC). Il a par ailleurs, fait mention des activités de la Force, notant que dans le cadre de sa mission de mise en sureté des populations, l’équipe de dépollution des bombes et munitions non explosées  continuait ses activités sur l’ensemble du territoire. « Très prochainement, nous mettrons à la disposition des populations un numéro vert qu’elles pourront contacter pour alerter sur la présence de tels objets qui ont fait récemment des blessés parmi de jeunes enfants qui jouaient avec des engins non explosés », a annoncé le porte-parole.

S’agissant des activités du Représentant spécial, M Touré a annoncé la poursuite de ses consultations avec les responsables des partis et groupements politiques  d’opposition. Dans ce cadre, M Koenders rencontre ce jour même le président du parti Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), Mamadou Koulibaly. « Ces échanges sont destinés à promouvoir le dialogue politique », a expliqué M Touré soulignant qu’elle ne constituait en rien une médiation, mais qu’elle contribuait plutôt à créer les conditions propices à des échanges fructueux entre les acteurs politiques nationaux pour favoriser la réconciliation nationale et le retour de la paix en vue de permettre le relèvement économique du pays. Il a indiqué que la prochaine étape, après les consultations avec le Front Populaire Ivoirien (FPI), le Congrès National pour la Résistance et la Démocratie (CNRD) et la Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), serait des discussions à engager avec la majorité du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

Au chapitre des droits de l’homme, M. Touré a indiqué à la presse que l’ONUCI avait suivi les cas de personnes arrêtées car soupçonnées de mener des activités contre la sûreté de l’Etat et détenues dans différents lieux de détention de la capitale, comme à la police criminelle ou à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) où les fonctionnaires des Droits de l’Homme de la mission n’ont pas accès. Il a également parlé des cas de mutilations génitales féminines (MGF) sur des filles dont l’âge varie entre 7 et 25 ans dans le village de Fouenan (175 Km sud d’Odienné, dans la région du Bafing), à Touba (150 Km sud d’Odienné) et Ouaninou (173 Km sud-ouest d’Odienné). « Face à ce fléau, les autorités locales ont décidé de mettre en place une plateforme régionale et en appui à cette initiative, la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI  compte mener plusieurs activités de sensibilisation à l’attention de la population », a-t-il indiqué. Toujours sur le plan de la sensibilisation, le porte-parole a annoncé l’organisation de la 21e Edition des Journées de l’ONUCI à Soubré. Il s’agira, pour l’ONUCI et les agences du système des Nations unies, de se tenir pendant quatre jours, aux côtés des populations pour s’imprégner de leurs réalités et apporter des réponses à leurs préoccupations à travers des forums d’échanges, des projections de films, des réalisations de projets au bénéfice des populations… Il a également fait cas de la halte d’ONUCI Tour à Gbéléban  (Odienné) le mercredi 21 mars, pour une sensibilisation des populations de cette localité autour de la  thématique de la gestion pacifique des conflits, ainsi qu’à Bangolo et à Wengue (Séguéla), avant de mentionner l’organisation d’une caravane scolaire à Zoukougbeu le même jour.

La Côte d’Ivoire n’a pas pu faire l’économie de la violence

Les militants du RHDP massés devant leur siège

Le jeudi 16 décembre la capitale Abidjan et plusieurs autres villes du pays ont basculé dans la violence. Le Premier Ministre Soro Guillaume a lancé un appel à la marche sur la RTI pour dit-il la libérer. 24 heures avant la marche, le gouvernement Soro s’est dit confiant en l’armée républicaine de Côte d’Ivoire et ne la voyait pas tirer sur des manifestants aux mains nus. La marche pacifique annoncée par le RHDP a vite tourné à l’affrontement entre FDS et militants. De violentes altercations émaillées de tirs à l’arme automatique ont éclaté au niveau du camp de gendarmerie d’Agban Adjamé, d’Abobo et de Cocody au siège du RHDP. Par ailleurs des combats à l’arme lourde ont éclaté à Cocody-Riviéra entre FDS et FAFN. Au terme de cette journée riche en incidents de tous genres, on dénombre une trentaine de morts et plusieurs blessés. Le porte-parole du gouvernement Soro, Monsieur Patrick Achi est monté au créneau pour dénoncer une répression quasi abusive de la marche avec des mercenaires angolais et libériens qui ont ouvert le feu sur les manifestants sans autres formes de procès. De son côté le gouvernement Ivoirien, en plein conseil des ministres au moment des évènements dit avoir agit en toute légalité. Elle dénonce une tentative de prise du pouvoir par les armes. La déclaration du Ministre de l’intérieur du gouvernement Gbagbo Monsieur Emile Guirié Oulou fait état de militants armés d’arme à feu et arme blanche.

Louis Moréno Ocompo le procureur de la cour pénale internationale a dit suivre de prêt les évènements en Côte d’Ivoire. Il n’a pas manqué de mettre en garde toutes les personnes impliqués dans les violences et autres attente à l’intégrité physique des populations. Au moment où nous publions cet article le Président de la Commission de l’Union Africaine, Jean Ping est a Abidjan pour tenter une nouvelle médiation. Le camp Laurent Gbagbo par la voix de son ministre des affaires étrangères Alcide Djédjé, se dit toujours disposé à promouvoir le dialogue quand en face de lui, le gouvernement Soro pose comme préalable la reconnaissance des résultats sans condition de l’élection présidentielle telle que certifié par Mr Choï représentant spécial de l’ONU. A Abidjan en ce moment il ne fait pas bon d’être journaliste ou correspondant de presse indépendant. Plus grave s’hasarder à se balader avec une caméra ou un micro estampillé du logo d’un média français peut être préjudiciable. Le banc des accusés du LMP à deux nouveaux occupants. Après le Docteur Alassane Ouattara, le Président Blaise et le Burkina Faso, les propos tendancieux tenus à l’égard du Président Wade, se sont désormais l’ONUCI et les Etats Unis qui viennent s’ajouter à la liste des déstabilisateurs de la Côte d’Ivoire.

Suy Kahofi