Pour contrer la crise Abidjan se met en mode chintok !

 

eburnietoday.mondoblog.org

Les produits chintoks envahissent de nouveau le marché

« En cette période de vaches maigres point besoin de faire des dépenses inutiles pour tout reconstruire » semblent se dire les Ivoiriens. Quand la galère et les difficultés économiques sont au rendez-vous, il faut savoir faire bouger ses neurones pour s’en sortir. Les Ivoiriens l’ont compris et avec le peu de ressources dont ils disposent, ils prennent d’assaut le marché pour essayer de redonner vie à leur maison ou leurs activités de tous les jours. Alors quand on a un petit budget, que peut-on faire pour avoir un maximum d’articles ? A cette question les Ivoiriens vous diront qu’il faut se rabattre sur les produits made in China !

Les fameux produits chintoks en ces temps de disette ont de nouveau le vent en poupe. A les voir inonder de nouveau le marché on se demande bien si la Côte d’Ivoire n’a pas réussit son pari de diversifier ses partenaires économiques. Alimentation, construction, vêtements…il n’existe pas un seul secteur qui échappe à l’invasion de l’Empire du milieu et cela n’est pas fait pour déplaire aux consommateurs locaux. « L’Ivoirien n’a plus rien et il faut avoir le courage de le dire. Avec les produits chintok au moins peut faire des économies car les articles moins chers » affirme N’guessan Stéphane un client d’Adjamé Saint Michel. Stéphane a raison car à voir le prix des articles, on comprend automatiquement pourquoi ils attirent. Petite démonstration avec madame Bamba. « Avec 5000 f je viens d’acheter le nécessaire pour la douche » nous dit-elle fièrement. « Un seau à 9000, la bassine à 1500, deux brosses pour sol à 600, le panier pour brosse à dent à 500 et le cure chasse à 1500 ! » nous détaille la mère de famille entre deux achats.

L’affluence des clients fait aussi le bonheur des vendeurs qui ‘’se rattrapent’’. Koniba est vendeuse d’assiette et de verres au Forum des Marchés d’Adjamé, elle nous explique pourquoi les commerçants ont le moral très haut. « Avec la crise, les Ivoiriens ne pensaient pas à autre chose que la nourriture. Il fallait survivre et c’était tout. Le marché était vide et les commerçants désemparer ! Aujourd’hui avec la reprise des activités il y a de nouveau du monde sur le marché. Les consommateurs viennent acheter de nombreux articles et nous avons notre bénéfice à la fin de la journée ». Elle nous dira que les filières de distribution Dubaï – Abidjan et Pékin – Abidjan ont été les premières à se mettre en marche. Les grossistes durement touchés par la crise se sont dépêchés de contacter leurs fournisseurs chinois pour les marchandises prennent la destination d’Abidjan. Aujourd’hui les affaires vont bien et les Ivoiriens qui se plaignaient de la qualité des produits semblent avoir mis une croix sur ce débat prix – qualité. Avec les produits chintok tout le monde gagne à l’image de Sékou qui nous présente sa nouvelle trouvaille made in china. « Mon portable à trois carte SIM, la télévision, la radio, un appareil photo, une fonction enregistreur vidéo et audio, une possibilité de se connecter à internet… ». N’est ce pas formidable la petite aventure des chinoiseries sur le marché Ivoirien ?

Suy Kahofi

C’est déjà Noël à la Foire de Chine!

Elégante vendeuse de la Foire de Chine

Il est impossible de parler de noël sans parler de cadeaux et pour trouver le meilleur cadeau aux enfants, les parents écument toutes les grandes surfaces. En matière de cadeau la Foire de Chine fait office de lieu incontournable…

Malgré la crise socio-politique que traverse la Côte d’Ivoire, la Foire de Chine n’a pas baissé pavillon. Les investisseurs de l’empire du milieu sont convaincus que la Côte d’Ivoire va rebondir et que l’activité économique, une fois le président démocratiquement élu en place, va reprendre son ascension comme si rien ne c’était passé. A la Foire de Chine on sait qu’avec ou sans la crise il y aura un 24 décembre 2010 et le 24 décembre c’est Noël, la fête des tous petits ! Or qui parle de fête des tous petits parle obligatoirement de cadeau et surtout de caprice d’enfant. Alors pour attirer les enfants et surtout les parents, il ne faut pas laisser les jouets dans les nombreux cartons de la réserve. Le look des différents magasins a bien changé : les couleurs rouge et blanche annonçant Noël sont omniprésentes. Les vendeurs et chefs de rayons ont tous le traditionnel bonnet du père Noël. Tout a été sorti pour séduire la clientèle depuis l’entrée du magasin : poupée parlante, barbie, voiturettes, avions et hélicoptères télécommandés…

Les choix sont difficiles devant autant de jouets

« Difficile de faire son choix lorsqu’on se retrouve dans les magasins Foire de Chine. Il y a tellement d’articles que j’évite de venir avec mes enfants : certains pourraient passer leur temps à pleurnicher entre les rayons » souligne Mme Coulibaly infirmière. Les prix sont plutôt abordables si on les compare à ceux qu’affichent d’autres grandes surfaces que nous avons pu visiter. Ce n’est pas la très grande affluence pour le moment mais quelques Ivoiriens font le déplacement pour voir ces nombreux jouets venus de Hong Kong, Taïwan, de Chine continentale et de Corée. « Je suis juste passé pour voir les prix. Ma priorité n’est pas d’acheter pour le moment : avec la crise j’ai d’autres choses en tête ! On va juste attendre que les choses se calment pour vraiment pensé à faire plaisir aux enfants » nous lance souriant Mr Kouassi Jérôme transitaire.

Suy Kahofi

Les produits chinois omniprésents à Abidjan

Made in China everywhere you go!

En Afrique aucun secteur d’activité n’échappe à l’invasion chinoise : construction, commerce, santé, coopération agricole ou estudiantine, l’empire du milieu veut damer le pion aux puissances européennes qui se sont trop sucrées sur le dos des africains. Jouant sur la fibre nationaliste  et les aspirations au libéralisme économique des anciennes colonies, les petits hommes jaunes proposent un nouveau visage au business entre l’Afrique et les pays développés. Il faut du moins cher pour que les africains puissent consommer. C’est fort de cette logique que les produits de fabrication chinoise se retrouvent de plus en plus sur les marchés africains et surtout Ivoiriens. Si ces produits sont à bas prix leur qualité ne semble pas faire l’unanimité. Si certains estiment qu’il s’agit de produits permettant de faire d’énormes économies, d’autres jugent qu’ils ne durent pas et sont le plus souvent de mauvaise qualité parce que fabriqués à la hâte.

A Adjamé quartier commerçant de la capitale économique Ivoirienne, les chinois sont habitués à venir livrer des sandales en caoutchouc, chemises en coton synthétique et autres jouets. Dès que la fourgonnette de Mr Yuh s’immobilise, les commerçantes s’amassent autour pour s’arracher les articles qui ont un prix abordable pour les familles abidjanaises frappées de plein fouet par la crise. « Les sandales coûtent environ 300 f en gros ! Nous les revendons entre 500 et 600 f cfa, cela nous permet de faire des bénéfices ! » explique Dembélé Karidja  jeune vendeuse. « Les chinois ont des produits qui sont moins chers voici pourquoi je viens me ravitailler avec eux. En plus je ne sais pas comment ils font mais ils ont tous les produits ! » souligne N’gatta N’dao commerçant.

Avec les produits chintok, les commerçants ne sont pas  les seuls qui se frottent les mains : les consommateurs sont plutôt satisfaits côté prix. « Avant tu avais ces mêmes soutien gorges à 2000 f cfa. Aujourd’hui avec 1000 f ou même 800 tu peux facilement refaire un partie de ta garde robe» soutien Jacqueline une jeune assistante de direction venu faire ses courses. Les produits chintok sont donc moins chers et permettent aux ménages de faire des économies mais pour ce qui est du rapport qualité prix certains consommateurs émettent des réserves. « C’est de la pacotille leurs histoires ! Qu’ils fassent l’effort de concevoir de bons produits ! Vous achetez un produit moins cher mais s’il vous sert seulement pour une semaine ou deux c’est du gâchis ! » s’indigne Mr Fofié Amani père de famille. « Moi je ne m’aventure pas vers les produits chintok parce que toues les indications sont en chinois or moi je ne sais pas lire mandarin. Pour éviter toute surprise désagréable je me retiens » soutien Epiphanie N’guessan étudiante. Certains grands consommateurs de produits chinois ont du renoncer au partenariat Chine-Consommateurs Ivoiriens après le scandale du lait contaminé à la mélamine. Les Produits Chinois OUI pour beaucoup mais à condition que bas prix et qualité marchent main dans la main.

Suy Kahofi