L’affaire TSA pour « couler » Souleymane Méïté ?

L’affaire TSA, l’interface pour s’attaquer à Souleymane Méïté ?

L’affaire TSA, l’interface pour s’attaquer à Souleymane Méïté ?

L’affaire TSA fait couler beaucoup d’encre depuis une semaine. De nombreux journaux ont relayé une information qui loin d’éclairer leurs lecteurs a tenté de diaboliser le premier responsable de cette compagnie d’assurance.

Au regard des difficultés qu’ils ont connu, nombreux sont les chefs d’entreprise qui auraient tout donné pour que la crise de 2002 n’éclate pas. Hélas, cette crise fait partie de l’histoire de la Côte d’Ivoire mais elle continue de faire l’actualité de nombreuses entreprises. Les plus chanceuses existent toujours, les autres ont mis la clé sous le paillasson. La compagnie d’assurance TSA (Tropical société d’assurances) fait partie des entreprises qui doivent encore se battre pour effacer le préjudice causé par la crise ivoirienne. Une situation de repositionnement qui donne visiblement du grain de mauvaise qualité à moudre à certains canards.

Les faits

Tous ceux qui s’intéressent à l’économie savent que le secteur de l’assurance est l’un des plus réglementé dans un pays aux côtés des banques et des compagnies de téléphonie mobile. C’est ainsi qu’en 2014, la CIMA, la Conférence interafricaine des marchés d’assurance, va interpeller la TSA pour des manquements observés sur l’une de ses branches via le ministre Adama Touré de l’économie et des finances. L’œil averti de tout lecteur notera que l’actuel ministre ivoirien de l’économie et des finances est le Premier Ministre Daniel Kablan Duncan secondé par Abdourahmane Cissé. L’affaire TSA n’est donc pas une question d’actualité. Le montant de 3,6 milliards de « trou » dans les comptes de l’entreprise remonte à 2014. La réalité des comptes et de la gestion de l’entreprise TSA en 2016 sont très différents.

Souleymane Méïté, le patron de TSA souligne que conformément aux recommandations de la CIMA, son entreprise a pris toutes les dispositions pour régler une situation qui n’est en rien le fruit d’une mauvaise gestion. TSA a été placée sous surveillance au même titre que 6 autres entreprises. Ironie du sort, TSA est à la 7ème sur la liste ! Tropical société d’assurances est sous surveillance comme cela peut bien arriver à toutes les entreprises. Cependant Souleymane Méïté calme le jeu en indiquant qu’être sous surveillance n’est en rien synonyme de faillite, de redressement encore moins de recapitalisation.

De l’affaire TSA à Souleymane Méïté

Les nombreux écrits relatifs à l’affaire TSA n’ont pas seulement présenté les faits. Plusieurs phrases ont été orientées vers la personne de Souleymane Méïté. L’homme est classé au rang des brebis galeuses de l’assurance en Côte d’Ivoire, un adepte de la mauvaise gestion, celui qui a poussé des entreprises à la faillite ! Cet acharnement nous amène à nous demander pourquoi Souleymane Méïté fait l’objet de propos aussi injurieux ? La réponse nous apparait évidente ! Souleymane Méïté est candidat à la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI). Voici une belle occasion pour lui faire de la contre-publicité en sortant des cadavres de son placard.

Souleymane Méïté appelle au fair-play et à un débat de gentleman

Souleymane Méïté appelle au fair-play et à un débat de gentleman

Là où les débats d’idées doivent être d’actualité pour l’avenir de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, certains ont choisi encore une fois de dénigrer et de pousser l’opinion à haïr un autre ivoirien. Tout ça pour ça ! C’était donc une simple cabale visant à porter un coup dur à la liste « Union pour une chambre forte ». La Côte d’Ivoire est tellement habituée aux promoteurs des traquenards et des coups bas que leurs actions produisent aujourd’hui un effet contraire. Les hommes et femmes d’affaire de Côte d’Ivoire sont bien plus préoccupés par les projets et programmes pour leur Chambre que des problèmes de personnes.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.