23 partis d’opposition disent NON à la réforme constitutionnelle

L’opposition appelle Alassane Ouattara à retirer le projet de révision de la loi fondamentale

L’opposition appelle Alassane Ouattara à retirer le projet de révision de la loi fondamentale

Malgré les consultations initiées par le président Alassane Ouattara sur la réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire, une coalition de 23 partis politiques ivoiriens vient de rejeter le projet dans sa forme actuelle.

23 partis d’opposition réunis à l’hôtel Belle Côte (Abidjan-Cocody) ont signé ce 30 juin une déclaration commune pour dénoncer le caractère illégale et illégitime du processus de réforme de la constitution en Côte d’Ivoire. Il s’agit là d’un revirement de situation assez inquiétant alors que les dates du référendum et des élections locales sont déjà connues. Au nombre des signataires de la déclaration figurent entre autres le Front populaire ivoirien (FPI d’Affi N’guessan), Liberté et Démocratie pour la République (LIDER de Mamadou Koulibaly), le Congrès pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP de Charles Blé Goudé) ou le Mouvement des Forces d’Avenir (MFA, version Anaky Kobénan).

Pour ces différents partis de l’opposition la voie choisie par le Chef de l’Etat ivoirien n’est pas légale encore moins légitime « parce qu’elle porte atteinte à la souveraineté de l’Etat ». Ils estiment par ailleurs que l’élaboration d’une nouvelle constitution nécessite un « large débat politique consensuel ». Cet appel au consensus a été réitéré à plusieurs reprises par les organisations de la société civile pour éviter que certains acteurs se sentent frustrer et se braquent. Dans leur déclaration conjointe, les 23 partis soulignent que « les dispositions annoncées constituent la négation des acquis démocratiques majeurs obtenus de haute lutte par le peuple » non sans prendre le soin de demander au Président Alassane Ouattara « de tout mettre en œuvre pour éviter les erreurs du passé et épargner notre pays d’une nouvelle crise socio-politique aux conséquences imprévisibles ». L’opposition ivoirienne semble bien déterminée à faire obstacle au projet de réforme constitutionnelle si ses exigences et recommandations ne sont pas acceptées par le pouvoir.

« Nous ferons campagne pour dire de ne pas aller au référendum. S’il ne retire pas le référendum, nous ferons campagne pour dire NON et le NON le remportera » a prévenu Anaky Kobénan du Mouvement des forces d’avenir (MFA). Une phrase qui sonne comme un véritable avertissement au pouvoir et qui pourrait dans un futur proche être une source de tension et d’instabilité en cas d’appel à un boycott actif du référendum.

Voici l’intégralité de la déclaration de la coalition des partis d’opposition lu par Henri Niava, président de l’USD, l’Union des Socio-démocrates.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.