Présidentielle de 2015 : la CEI pose déjà problème

Eric Aimée Semien le président de l’APDH

Eric Aimée Semien, président de l’APDH

L’ONG APDH, Action pour la Protection des Droits de l’Homme était face à la presse ce vendredi 18 juillet 2014. L’organisation milite en faveur d’une révision du nouveau texte de loi portant réforme de la CEI, la Commission Electorale Indépendante.

A peine adoptée que la loi portant réforme de la Commission Electorale Indépendante est fortement critiquée par une frange de la classe politique mais aussi par la société civile. En effet les Commissions Centrales, Communales, sous-préfectorales et préfectorales de la CEI sont dominées à plus de 90% par les acteurs politiques et administratifs qui sont loin d’être neutres. L’APDH s’insurge donc contre cette composition qui n’est pas faite pour garantir des élections crédibles, libres et transparentes. Selon Eric Aimée Semien le président de l’ONG, l’action menée par son organisation avec l’appui de son conseil d’administration n’est pas une aventure solitaire décidée sur un coup de tête.

« Lorsque le projet de loi a été annoncé, plusieurs coalitions de la société civile se sont mises en place pour dénoncer le projet de loi dans sa configuration. Je dis bien que toutes les organisations de la société civile ont parlé d’une seule voix. Qu’est ce qui s’est passé après ? On n’en sait trop rien ! » avance le président de l’APDH.

Le constat c’est que plusieurs organisations se sont retirées du combat pour la révision de la CEI au point où certains leaders de la société civile se sont retrouvés à l’Assemblée Nationale pour applaudir l’adoption du texte contesté en plénière ! Ce mutisme et cette mésentente au sein de la société civile va conduire le pouvoir politique à adopter la loi, la promulguer et même désigner les membres de la Commission centrale. Malgré cette situation l’APDH refuse d’abandonner le combat. Son action est claire : éviter que les populations prises en otage par la classe politique ne subissent une nouvelle crise post-électorale meurtrière en 2015.

« On se souvient encore de cette image qui a fait le tour du monde montrant des commissaires de la CEI en 2010 se bagarrer autour des résultats des élections pour la simple raison que chacun voulait prêcher pour sa chapelle. La nouvelle CEI est hautement politique et si l’on n’y prend garde elle ne va nous apporter que des ennuis et éventuellement leur corolaire de violence » prévient Eric Aimée Semien.

L’APDH estime que la présence des acteurs politiques doit être revue à la baisse pour éviter d’autres violences en 2015. Et c’est pourquoi elle a saisi la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. L’APDH estime que l’Etat de Côte d’Ivoire doit être condamné afin qu’elle s’engage à réviser la loi portant réforme de la CEI conformément aux chartes de l’Union Africaine et de la CEDEAO portant organisation des élections dans les pays membres.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.