Côte d’Ivoire – Education : ces filles qui ne méritent pas d’aller à l’école

Campagne de scolarisation de la jeune fille menée par le CEFCI

Campagne de scolarisation de la jeune fille menée par le CEFCI

« Prendre soin d’une fille c’est labourer le champ de son voisin sans contrepartie ». Ce proverbe qui existe dans la majorité des langues ivoiriennes montre combien de fois la femme et plus particulièrement la fille est reléguée au second plan quand il s’agit de poser des actes pour son développement. Cette réalité est encore plus vraie lorsqu’il s’agit de parler d’instruction et surtout de scolarisation de la petite fille. Les petits garçons dans plusieurs localités sont préférés par rapport aux petites filles lors de la rentrée des classes. Ce phénomène est très récurent dans les régions du nord de la Côte d’Ivoire où de nombreuses familles, en lieu et place de l’école, préparent la fillette dès le bas âge à une vie future de ménagère. Les fillettes sont obligées de rester à la maison pour aider leurs mères à faire la cuisine, laver le linge et faire la vaisselle. Pour Charles Yahovi Djrékpo, ancien Directeur-résident du NDI (National Democratic Institut) pour la Côte d’Ivoire « les cultures africaines sont un véritable frein à l’émancipation de la femme ».

« Nous évoluons dans un contexte culturel et social marqué par une domination masculine et cette domination est très forte. Notre culture idéalise la femme dans une présence au foyer et non dans les arènes de développement. Partant de ce fait, il faut éviter de donner à la femme les armes de son émancipation donc de lui donner un accès à l’instruction » nous explique Charles Yahovi Djrékpo.

Molière le soulignait dans son œuvre « Les Femmes Savantes« , les femmes comme les poules doivent s’abstenir de chanter devant les coqs et la société traditionnelle Ivoirienne consacre cette image.

Cette discrimination est un frein à l’émancipation de la femme et le Ministère de l’Education National entend lutter contre ce fléau. Pour promouvoir de façon générale l’accès des enfants à l’éducation, filles et garçons partent avec des chances égales. L’école est gratuite pour chaque enfant en Côte d’Ivoire et dans les régions où le taux de scolarisation des filles est très bas, le Gouvernement fait la promotion de mécanisme d’aide aux parents démunis pour les encourager à scolariser les petites filles. Pour donner plus de chance aux filles, une politique d’instauration des collèges et lycées de jeunes filles existe au plan national. L’objectif à court terme est de permettre à un nombre plus important de fille d’avoir accès à des études secondaires avec une possibilité de prise en charge de 100%. Tous ces efforts du Gouvernement sont certes louables mais sans une action de sensibilisation auprès des parents les salles de classes resteront toujours vides. L’ONG Carrefour de Réflexion et d’Action pour l’Education des Filles et des Femmes en Côte d’Ivoire (CRAEF-CI) mène des campagnes de sensibilisation dans les villes et les villages où le taux de scolarisation des filles est bas. L’organisation offre des kits scolaires aux filles et fait la promotion d’un système de parrainage dans lequel des familles au plan national ou international s’engagent à prendre soin d’une petite fille qui veut aller à l’école.

De la sensibilisation pour faire changer les mentalités, c’est également l’objectif que s’est fixé le CEFCI, le Centre Féminin pour la Démocratie et les Droits Humains en Côte d’Ivoire. Grâce au soutien de Fondation comme la Global Fund for Women, l’ONG Ivoirienne a investi les hameaux les plus reculés du pays pour convaincre les familles de la nécessité de scolariser les jeunes filles. Force est de constater que dans cette lutte les mères de famille quand bien même n’ayant pas eu la chance d’aller à l’école ne s’opposent pas vraiment à la scolarisation de leurs filles. La véritable opposition vient des hommes.

« Il faut convaincre les pères donc les hommes parce que c’est eux qui ont le dernier mot dans la famille Ivoirienne. Ils doivent comprendre que scolariser la jeune fille n’est pas une perte. Fille ou garçon chaque enfant à droit à l’éducation et aujourd’hui les filles encore plus. Remarquez très bien que les filles qui arrivent à émerger socialement après leurs études sont celles qui reviennent pour prendre soin de leurs familles » nous explique Nathalie KONE directrice du CEFCI.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.