Revue la Presse Nationale Ivoirienne du 12 au 17 novembre 2012

Reforme de la loi sur le mariage: qui y comprend réellement quelque chose?

La révision de la loi sur le mariage emporte le gouvernement ! Voici le titre phare de la semaine, un titre largement commenté par tous les quotidiens Ivoiriens. L’Agence Ivoirienne de Presse donne le La et indique qu’un « manque de solidarité » au sein de l’alliance des Houphouétistes, lors de l’examen à l’Assemblée nationale, du projet portant modification de la loi sur le mariage, a suscité la dissolution du gouvernement. Le secrétaire général de la Présidence, Amadou Gon Coulibaly, situant le contexte de cette décision chez nos confrère du Nouveau Réveil a précisé et je cite : « A l’occasion de cet examen en commission les groupes parlementaires PDCI-RDA et UDPCI ont voté contre le texte du gouvernement et ceci en tant que formation politique » Ce qui, selon lui, « pose un problème au niveau de la solidarité à l’intérieur de la coalition de même que celui du soutien de l’alliance au gouvernement, au niveau parlementaire » souligne Le Jour Plus. Le nouveau texte sur le mariage modifie certaines dispositions de la loi en cours dont celle qui fait de l’homme le chef de la famille. Celui-ci dispose désormais que « la famille est gérée conjointement par les époux dans l’intérêt du mariage » indique Le Mandat. Cette disposition a été l’un des points d’achoppement entre alliés RHDP lors des travaux en commission. Aucune indication n’a été donnée sur la date de la formation du 3ème gouvernement post crise d’Alassane Ouattara mentionne Notre Voie. Après le rapport d’Amnesty International le gouvernement Ivoirien sollicite l’ONUCI pour la formation des FRCI nous apprend L’Inter. Le respect et la protection des droits des populations doivent dorénavant s’inscrire au cœur des actions et interventions sur le terrain, des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), des agents de la Police et de la Gendarmerie nationales. Ce sont les nouvelles consignes données par les autorités gouvernementales et militaires aux différentes unités des forces de l’ordre ivoiriennes, suite au rapport à charge d’Amnesty International. Du côté de Duékoué on en sait un peu plus sur les raisons de l’interruption des fouilles des fausses communes. « Le matériel adéquat fait défaut » a souligne Sylvie Van den Wildenberg, porte-parole de l’Onuci chez nos confrères de Nord-Sud. Toujours au chapitre de la coopération ONU – Côte d’Ivoire l’Agence Ivoirienne de Presse nous apprend que Les Nations unies vont réviser leur plan d’aide à la Côte d’Ivoire. Selon Ndolamb Ngokwey le représentant pays du PNUD, la révision des stratégies d’aide au développement s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la déclaration de Paris en termes d’alignement aux priorités nationales. Selon L’Intelligent d’Abidjan elle impose un meilleur alignement aux priorités nationales telles que définies dans le Programme national de développement (PND) 2012-2015. Les Nations unies, en appui aux efforts du gouvernement ivoirien, ont élaboré en 2008 l’UNDAF adossé sur un document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP) en Côte d’Ivoire nous indique L’Inter. Suite du feuilleton judiciaire du couple Gbagbo. A La Haye c’est la Cour pénale internationale qui a encore refusé la liberté provisoire à Laurent Gbagbo écrit Soir Info. L’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, n’a pas pu obtenir de la Cour pénale internationale (CPI) une mise en liberté provisoire, à l’issue d’une audience en appel souligne L’Expression. Laurent Gbagbo apte à comparaître se réjouit Le Patriote qui souligne dans la foulée que les efforts de la défense n’ont pu convaincre la chambre préliminaire I. Si à La Haye Laurent n’a pas eu gain de cause, à Odienné c’est Simone qui commence son marathon avec une audition qui s’est étendue sur trois jours ! L’ex-première dame est poursuivie pour génocide, crime de sang et crime économique nous renseigne Le Nouveau Réveil. La présence des avocats de l’ex-députée d’Abobo est aussi signalée à Odienné. Simone Gbagbo est l’une des huit personnes déjà inculpées pour « génocide » suite à la crise postélectorale de 2010 souligne Le Nouveau Courrier. Au-delà de Laurent et Simone Gbagbo plusieurs autres barrons de l’ex-régime seront face à la justice nous indique L’Expression. Ce lundi 19 novembre 2012, démarreront au Tribunal de Première Instance d’Abidjan-Plateau les premiers procès d’une longue série, relatifs aux infractions commises pendant la crise postélectorale. Le tribunal correctionnel aura à connaitre des délits d’association de malfaiteurs, d’infractions à la législation sur les armes, les munitions et les substances explosives, d’atteinte à l’ordre public nous explique Le Nouveau Réveil. L’actualité de la présidence Ivoirienne a été aussi marquée par la crise malienne. Reconquête du Nord-Mali : 5.500 hommes en attente barre à sa manchette Nord-Sud quotidien. Les chefs d’Etat ouest-africains se sont réunis pour valider un plan d’intervention armée. Il s’agit d’affiner l’architecture de ce plan d’intervention militaire, c’est-à-dire, déterminer le niveau de participation des différents pays africains, et des moyens militaires dont devra disposer la force écrit Fraternité Matin. Pour être mieux informé des avancées sur le dossier malien et réaffirmé le soutien de l’ONU à la CEDEAO, M. Saïd Djinnit, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest a été reçu par le Président Alassane Ouattara. Grève des mini-cars appelé ‘’Gbakas’’ pour finir, plus de peur que de mal. En effet le mouvement annoncé pour durer a été levé se réjouissent Le Mandat, L’Expression, Fraternité Matin et Nord-Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>