Côte d’Ivoire : éducation en péril dans l’ouest – la faim sévit au nord

La crise menace l’éducation et la vie de nombreux enfants

La crise humanitaire dans l’ouest de la Côte d’Ivoire ne se fait pas seulement sentir au niveau du manque de nourriture pour les déplacés ou l’absence de sécurité dans les hameaux disséminés le long de la frontière Ivoiro-libérienne. Un des secteurs les plus touché par la crise humanitaire de l’ouest est l’éducation. En effet l’instabilité de la situation sécuritaire dans l’ouest de la Côte d’Ivoire a eu un impact  sur la scolarisation des enfants résidents dans les localités affectées. Les 16 écoles des Inspections d’Enseignement Primaire (IEP) de Tabou et Taï ont été affectées. Plus de 2.320 élèves ont dû interrompre leur scolarité. Le groupe scolaire Grabo (Tabou) est occupée par 400 éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) avec comme conséquence l’arrêt brusque des cours pour les élèves de ce groupe scolaire. Sous l’impulsion de l’UNICEF, un plaidoyer mené par le cluster éducation est en cours pour la libération des salles de classe. À Sakre (axe Taï-Para), un centre d’examen du certificat d’étude primaire élémentaire (CEPE) demeure par ailleurs fermé. Ce sont 150 candidats à l’entrée en classe de sixième qui ont été installés dans de nouveaux centres. Cette situation a eu pour conséquence de réduire le nombre de candidats qui passeront les examens à cause des dépenses relatives à cette disposition. Une campagne menée conjointement par les sous cluster Education et Protection du GAP Humanitaire a permis à 2.464 enfants, dont 1.118 filles, de l’ouest du pays de bénéficier d’un document d’enregistrement de naissance. Grâce à cette attestation administrative d’identité scolaire, ces élèves pourront désormais se présenter au concours d’entrée en 6ème. Il faut rappeler que de nombreux enfants n’avaient pas été déclarés à l’état civil depuis la crise de 2002. Le financement du Fond central d’urgence (CERF) alloué pour l’action humanitaire en Côte d’Ivoire en janvier dernier a permis d’ouvrir 20 classes passerelles afin que 1.000 enfants du site de Nahibly soient encadrés par 20 enseignants titulaires et bénévoles. Parmi les enseignants, 11 sont des femmes ayant bénéficié d’un renforcement de capacités pour assurer les enseignements de ces classes jusqu’en octobre 2012. Environ 1.400 enfants non scolarisés et déscolarisés des régions de l’ouest (Tonpki, Guemon et Cavally) bénéficient d’un programme d’apprentissage accéléré mis en œuvre par Save the Children qui leur permettra de réintégrer le système formel lorsque la situation sécuritaire sera totalement de retour.

La faim menace le nord

Une mission d’évaluation nutritionnelle rapide a été réalisée par le Programme National de Nutrition (PNN) et Save the Children du 9 au 20 juin dernier dans les districts sanitaires de Korhogo et Ouangolodougou, au nord du pays. Cette évaluation a révélé de nombreuses poches de malnutrition aiguë, avec certaines localités dépassant le seuil critique de 15 pour cent de malnutrition aiguë globale. Bien que n’étant pas représentatifs à grande échelle, ces résultats témoignent d’une situation nutritionnelle préoccupante qui pourrait très probablement s’aggraver pendant la période de soudure. Ces résultats s’ajoutent à ceux de la récente évaluation des besoins en sécurité alimentaire (menée par le Ministère de l’Agriculture, le Programme Alimentaire Mondial et le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation) pour décrire une probable détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle dans le nord du pays. Cette tendance est à confirmer par le biais de l’enquête nutritionnelle annuelle, basée sur la méthodologie SMART, qui est programmée du 16 juillet au 3 août.

 SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.