Côte d’Ivoire : la traque des fonctionnaires fictifs se poursuit

 

Gnamien Konan, Ministre de la Fonction publique et de la reforme administrative

Le recensement des fonctionnaires et agents de l’Etat pour réduire la masse salariale Ivoirienne et la mettre en conformité avec les exigences de l’UEMOA est l’un des chantiers les plus importants du gouvernement d’Alassane Ouattara. Ce recensement porte sur 132.729 personnes qui émargeaient théoriquement au budget de l’Etat à l’exclusion des personnels régis par des statuts particuliers que sont entre autre les militaires, les magistrats et les policiers.

Sur le chiffre initial de 132.729 fonctionnaires, 3.540 fonctionnaires et agents de l’Etat manquaient à l’appel. Instruction a donc été donné au service général des soldes pour suspendre les salaires de ces derniers jusqu’à ce qu’ils régularisent leur situation. 779 fonctionnaires avaient été suspendus auparavant par les services de la solde durant les cinq mois qu’a durée le recensement. Au total donc 2.761 fonctionnaires ou prétendus tels ne figurent plus sur la liste de solde du budget Ivoirien ce qui représente un gain mensuel de 861.402.499 f CFA pour l’Etat de Côte d’Ivoire soit plus de 10 milliards de recette par an ! Sur les 2.761 fonctionnaires 502 ont tenté un recours pour être réintroduit sur la liste de solde grâce à des documents plutôt douteux que les services du Ministère de la Fonction publique ont très vite détecté. Le recensement étant achevé place désormais au contrôle physique des agents car tous ceux qui se sont fait recensés doivent donner la preuve qu’ils travaillent effectivement ! Cette phase de la cure d’amaigrissement de la masse salarial Ivoirienne a commencé ce 3 janvier. L’objectif de cette autre opération est de dénicher les fameux fonctionnaires homonymes au nombre de 772. Il s’agit d’un même agent ou fonctionnaire de l’Etat qui utilise son nom et sa date de naissance sous deux matricules différents pour toucher deux salaires distincts ou encore les agents doubles qui perçoivent un salaire à la fonction publique et un autre dans le privé.

Le processus de recensement des fonctionnaires et agents de l’Etat est une opération dynamique qui selon le Ministre Gnamien Konan en charge du porte-feuille de la Fonction publique et de la reforme administrative doit aboutir d’ici la mi-2012 à la consolidation d’un fichier de la fonction publique propre et sans incohérences. Le processus sera mené jusqu’à son terme soutient avec force le Ministre Gnamien Konan, objectif se conformer à la norme communautaire UEMOA qui impose aux autorités de ne pas aller au-delà de 35% de leurs recettes fiscales pour évacuer les salaires.

SUY Kahofi