Abidjan : Tout le monde veut être claire !

Les produits éclaircissants ont le vent en poupe

Faut-il avoir la peau claire pour séduire ? Faut-il avoir la peau claire pour être belle ? Ou beau, d’ailleurs ? Nombreux sont les Abidjanaises et les Abidjanais qui répondent : oui ! Alors, pour séduire, à défaut d’être naturellement « clair », reste à s’éclaircir la peau.

Dans la capitale Ivoirienne, les habitués du rayon cosmétique savent où se rendre pour trouver de quoi entretenir leurs teints. Préoccupation ici très à la mode et en passe d’amorcer une vraie révolution. Il faut dire que si l’on ne parlait jusqu’ici que des femmes, les hommes ne sont plus en reste. Eux aussi ont cédé au doux chant des pommades, crèmes et autres produits éclaircissants. Une situation qui fait le bonheur et « les affaires » des commerçants.

Plaire à qui ?

Quel que soit le motif évoqué, le phénomène de la dépigmentation est bien réel à Abidjan. Si bien que des expressions sont nées pour le désigner : Tchatcho, teint Façonnable, salamandre, cirage…Comment en sommes-nous arrivés là ? Chaque Abidjanais, partisan ou réfractaire, a sa réponse. Pour le plus grand nombre, le phénomène de la dépigmentation c’est d’abord une affaire d’hommes. Entendez : « Si nous nous rendons belles, c’est surtout pour plaire au hommes ». Autre explication et non des moindres. « Au-delà du fait de plaire aux hommes, certaines femmes africaines nourrissent de véritables complexes face à la peau blanche. Le refus de s’accepter est toujours à la base d’une envie de changer« , soutient Sita, étudiante en sociologie. A cela, s’ajoute une folle envie de ressembler aux stars du cinéma et du petit écran. Enfin, il y a celles qui se dépigmentent pour leur propre plaisir. « On évolue dans la vie et dans le style aussi ! C’est une question de liberté et de choix« , affirme Assetou avant de conclure : « On ne change pas pour forcément plaire aux hommes mais avant tout pour son propre plaisir« .

No limits

« Je pense bien que c’est surtout pour plaire aux hommes qu’un nombre important de femmes recourt à tous ces produits éclaircissants. Les hommes fondent littéralement quand ils voient les femmes claires. Cela contribue à complexer celles qui sont noires« , nous dit Géraldine. Assertion que confirme d’ailleurs certains hommes : « Je préfère les femmes claires mais celles qui le sont naturellement. Ça fait chic, ça fait classe« , souligne Marcel, informaticien. La chose étant entendue, si les hommes les préfèrent claires, claires elles seront. Dans cette quête, les produits éclaircissants sont leurs premières armes. Pour atteindre la bonne teinte, à la nuance près, elles ont recours à toutes les astuces. Dans cette affaire, le mot limite n’existe plus.

Ecoutons les expertes. Pour la composition des crèmes éclaircissantes, miser sur les produits ayant un fort taux d’hydroquinone. Un composant chimique dont l’action très corrosive sur la peau garantit un résultat rapide. Variante médicalisée : utiliser à forte dose les crèmes médicales habituellement prescrites pour les problèmes cutanés. Enfin, et pour celles qui ont les moyens, elles peuvent encore se faire faire des injections au sein des grandes cliniques de la Capitale. Voilà comment éviter la contrainte d’avoir à appliquer  une crème tous les jours. Tout y passe, tout est bon à prendre…ou presque.

Les beaux dégâts

D’avis d’experts, médicaux cette fois, les conséquences de la dépigmentation ont également le vent en poupe dans les hôpitaux. Brûlures graves, problèmes cutanés sévères, infections sous cutanées, odeur insupportable et pour ce qui est de la quête originelle, un teint difficile à situer : genoux et coudes noirs, menton plus rouge que clair… « C’est vrai que certaines femmes refusent d’admettre qu’elles ont recours à des produits éclaircissants mais quand elles sont devant nous chacune l’assume !« , souligne Docteur Kplé Thierry.

La dépigmentation n’est pas un phénomène nouveau : il s’est tout simplement amplifié. « Dans les années 70, les femmes ont commencé à se dépigmenter. Au départ c’étaient les cheveux qu’on lissait comme les blanches et après on est venu à la peau », précise Mme Béatrice N’cho. Face à ce retour en force ‘’des femmes claires’’, certains hommes ont décidé de retourner aux sources.  » Il y a tellement de teints clairs que je préfère chercher les noires : c’est plus authentique », confie Réné, enseignant. Certains Ivoiriens trouvent même qu’il est grand temps que la publicité pour les produits éclaircissants soit prohibée.

SUY Kahofi

The following two tabs change content below.
Suy
Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.